Pérou: le président Kuczynski, menacé de destitution, dénonce "un coup d'Etat"

21/12/17 à 04:53 - Mise à jour à 04:55

Source: Belga

(Belga) Le président péruvien Pedro Pablo Kuczynski, menacé de destitution en raison d'accusations de corruption dans le cadre du scandale Odebrecht qui éclabousse toute la région, a qualifié mercredi cette procédure de "coup d'Etat".

"Je défendrai ma moralité" lors du vote jeudi de cette procédure de destitution au Parlement, a déclaré le président péruvien dans un bref message diffusé à la radio et à la télévision, dans lequel il est apparu entouré de ses deux vice-présidents Martin Vizcarra et Mercedes Araoz. "La Constitution et la démocratie sont attaquées. Sous prétexte d'interprétations juridiques prétendument légitimes, nous sommes face à un coup d'Etat", a déclaré le président. Dans le même temps, M. Kuczynski a présenté ses "excuses" au peuple péruvien pour l'avoir "négligé" en gérant ses affaires. A l'issue du vote jeudi devant le parlement, "PPK", comme on le surnomme, pourrait devenir le premier président débarqué pour ses liens avec le géant du BTP brésilien Odebrecht, qui a reconnu avoir payé près de cinq millions de dollars à des entreprises de conseil directement liées au chef de l'Etat, alors ministre entre 2004 et 2013. "Etre imprudent et négligent est un défaut, mais ce n'est pas, cela n'a pas été et cela ne sera jamais pour moi fait à des fins malhonnêtes, et c'est encore moins un crime", a déclaré M. Kuczynski. Il s'en est également pris à "l'attitude agressive de la majorité de l'opposition qui contrôle le Parlement", faisant allusion au parti de Keiko Fujimori, la fille de l'ex-chef de l'Etat (1990-2000) Alberto Fujimori, emprisonné pour crime contre l'humanité et corruption. Elle dirige depuis l'opposition. "Au cours des quinze premiers mois, cinq de mes ministres ont été censurés ou contraints de démissionner, un record historique. Nous ne sommes pas parfaits, bien sûr. Mais aujourd'hui, il est évident que depuis le début, on cherchait à obtenir ce qui se passe aujourd'hui", a-t-il ajouté. (Belga)

Nos partenaires