Pérou: HRW demande l'ouverture d'une enquête contre l'ex-président Humala

09/09/17 à 04:00 - Mise à jour à 04:01

Source: Belga

(Belga) L'ONG Human Rights Watch a réclamé vendredi l'ouverture d'une enquête pour "violations des droits de l'homme" à l'encontre de l'ex-président péruvien Ollanta Humala, actuellement en détention provisoire pour des accusations de corruption.

Dans son rapport intitulé "Pérou: Humala impliqué dans des atrocités", HRW affirme que "de nouvelles preuves mettent en cause de manière crédible l'ex-président Ollanta Humala (2011-2016) dans le cadre des atrocités commises durant le conflit armé au Pérou dans les années 1990". L'ONG accuse l'ancien dirigeant d'avoir "essayé de cacher des preuves qui le mettaient en cause, une fois devenu candidat à la présidence en 2006". Elle a recueilli des témoignages de soldats qui assurent avoir commis des tortures, des assassinats et être à l'origine de disparitions, sur ordre de M. Humala, qui dirigeait alors la base militaire de Madre Mia, dans la région amazonienne de San Martin. Après la publication dans les médias péruviens de certains de ces nouveaux témoignages, le parquet avait ouvert en mai une enquête sur les exécutions commises dans cette base militaire, mais Ollanta Humala n'était pas mis en cause. Ancien militaire qui a combattu la guérilla du Sentier lumineux, Humala a toujours affirmé avoir agi dans le respect des droits de l'homme. A la suite de premières accusations datant de 2006, lorsqu'il était pour la première fois candidat à la présidence -il avait été battu par Alan Garcia-, la Cour suprême péruvienne avait décidé en 2009 de ne pas le juger et avait refermé faute de preuves le dossier sur une double disparition au sein de cette base militaire. Ollanta Humala est incarcéré, accusé de corruption et blanchiment de fonds liés à un présumé financement illégal de sa campagne de 2011 par l'entreprise brésilienne Odebrecht. (Belga)

Nos partenaires