Périphérie : Bacquelaine (MR) suggère de "demander l'avis des gens"

24/08/11 à 10:51 - Mise à jour à 10:51

Source: Le Vif

Daniel Bacquelaine, chef de groupe MR à la Chambre, a suggéré de consulter les habitants de la périphérie bruxelloise sur leur volonté d'appartenance à Bruxelles ou à la Flandre.

Périphérie : Bacquelaine (MR) suggère de "demander l'avis des gens"

© Belga

"Le plus simple serait quand même de demander l'avis des gens, de demander dans les communes à facilités, dans des quartiers de la périphérie bruxelloise quel est l'avis des gens sur leur appartenance à la Région bruxelloise ou à la Région flamande. Il y a là, me semble-t-il, une revendication strictement démocratique", a-t-il déclaré sur les ondes de Bel-RTL.

Les négociations politiques ont commencé vendredi passé et le PS, le MR, le cdH, Ecolo, le CD&V, l'Open Vld, le sp.a et Groen! ont abordé mardi, pour la deuxième fois, le dossier de Bruxelles-Hal-Vilvorde.

Ces discussions doivent déboucher pour les Réformateurs sur un "bon accord, équilibré". A leurs yeux, un mauvais accord serait celui qui enclaverait Bruxelles en Flandre et préparerait, de la sorte, "des scénarios de rupture ultérieure".

"Le MR représente l'épine dorsale francophone de ces négociations", a ajouté Daniel Bacquelaine qui a plaidé pour une unité des francophones.

Le chef de groupe a regretté à ce titre la mise en garde lancée par le sénateur Marcel Cheron (Ecolo) au président du FDF, Olivier Maingain, contre le danger de trop s'éloigner de la note du formateur.

"Je trouve légitime que les Flamands aient des revendications. Je trouve par contre curieux que, quand les francophones en ont, certains d'entre eux appellent cela de la provocation", a souligné le chef de groupe, rappelant que, de l'aveu même du formateur Elio Di Rupo, cette note était amendable.

La proposition d'une consultation des habitants ne se trouve pas dans les propositions d'Elio Di Rupo, a fait remarquer le chef de groupe CD&V à la Chambre, Servais Verherstraeten, dans un communiqué.

Servais Verherstraeten a pour le reste appelé tous les partis associés aux négociations à faire preuve de discrétion et de sérénité. "Un accord ne sera possible que de cette manière", a-t-il conclu.

Le Vif.be, avec Belga

Nos partenaires