Pensions des militaires - "De nombreux pilotes envisagent de passer dans le privé"

28/11/16 à 11:26 - Mise à jour à 11:30

Source: Belga

(Belga) De nombreux militaires, dont des pilotes, envisagent de passer dans le secteur privé, en raison de la réforme des pensions des militaires envisagée par le gouvernement fédéral, écrivent lundi les journaux flamands du Persgroep. Les syndicats confirment: "Nous n'avons pas de chiffres concrets, mais il est certain que le phénomène existe, surtout chez les pilotes, particulièrement touchés par les nouvelles mesures envisagées", indique Edwin Lauwereins, du syndicat SLFP.

Pensions des militaires - "De nombreux pilotes envisagent de passer dans le privé"

Pensions des militaires - "De nombreux pilotes envisagent de passer dans le privé" © BELGA

Le gouvernement fédéral a confirmé mi-octobre que les tantièmes préférentiels, qui sont utilisés pour le calcul de la pension, seraient supprimés à partir de 2019. L'exécutif a toutefois indiqué vendredi que ceux-ci étaient maintenus pour toute la partie de la carrière antérieure à l'entrée en vigueur des nouvelles dispositions. Concrètement, cela signifie un recul de l'âge de la pension des militaires de 56 à minimum 63 ans. Ce sont surtout les pilotes qui sont "punis", estime M. Lauwereins, car l'âge anticipé du départ à la retraite était l'un des seuls avantages existants pour les militaires par rapport au secteur privé. Selon le représentant du syndicat libre, l'idée de partir dans le privé circule bel et bien au sein du personnel militaire, même si cela semble difficile pour les personnes âgées de plus de 50 ans de retrouver du travail. Le 15 novembre dernier, les militaires avaient manifesté contre cette réforme. Les syndicats ont envoyé la semaine dernière un courrier au Premier ministre Charles Michel. Ils affirment ne pas encore avoir reçu de réponse. Une rencontre a toutefois eu lieu vendredi avec le ministre de la Défense Steven Vandeput et une représentante du ministre des Pensions Daniel Bacquelaine. Aucune nouvelle manifestation n'est actuellement prévue à l'agenda. "Le signal a été bien entendu, nous allons donc voir dans un premier temps ce qu'il ressort des discussions", ajoute Walter Van Den Broeck, de la CSC. Le représentant du syndicat chrétien n'exclut toutefois pas de "petites actions ciblées." (Belga)

Nos partenaires