Peeters ne semble guère apprécier les déclarations de Di Rupo sur une tripartite

23/06/14 à 15:10 - Mise à jour à 15:10

Source: Le Vif

Le ministre-président flamand sortant, Kris Peeters, n'a pas paru apprécier lundi les propos du Premier ministre démissionnaire Elio Di Rupo en faveur d'une coalition tripartite classique au niveau fédéral, excluant la N-VA.

Peeters ne semble guère apprécier les déclarations de Di Rupo sur une tripartite

© Belga

"Di Rupo dit ce qu'il pense devoir dire. J'ai lu et entendu ce week-end pas mal de choses. Egalement des choses qui ne facilitent pas les affaires", a-t-il affirmé lors du début à Bruxelles des négociations pour la formation d'un nouveau gouvernement flamand entre le CD&V et la N-VA.

Le groupe de travail réunissant les négociateurs se sont retrouvés lundi midi au cabinet du ministre démissionnaire du Budget, Philippe Muyters (N-VA). Ils doivent examiner les progrès enregistrés par 21 groupes de travail thématiques qui se penchent sur des sujets allant des finances au bien-être en passant par le patrimoine.

Le chef de la délégation de la N-VA, Geert Bourgeois, a laissé entendre que le travail pourrait se poursuivre la semaine prochaine uniquement au sein du groupe central, composé de huit négociateurs principaux.

Les négociateurs flamands ont par ailleurs à nouveau évité lundi de faire le moindre lien entre leurs travaux et le niveau fédéral, alors que le président de la N-VA, Bart De Wever doit faire rapport mercredi au roi Philippe de sa mission d'informateur, en cours depuis un mois.
Il doit notamment indiquer au souverain s'il existe une possibilité de former un gouvernement de centre-droit, une formule qui a la préférence des nationalistes flamands, premier parti à la Chambre depuis les élections législatives du 25 mai.

Les présidents du PS, Elio Di Rupo (en titre), et Paul Magnette (faisant fonction) ont adressé ce week-end une série de mises en garde contre le "gouvernement des droites", dénoncé leur mise à l'écart des travaux de l'informateur royal et fait remarquer que la coalition tripartite sortante avait progressé en sièges lors des élections du 25 mai.

Nos partenaires