Pays-Bas: le député d'extrême-droite Wilders de retour devant les juges

17/05/18 à 06:26 - Mise à jour à 06:27

Source: Belga

(Belga) Le leader populiste néerlandais Geert Wilders, allié de Marine Le Pen et connu pour ses positions anti-islam comparaît à nouveau devant la justice jeudi lors de son procès en appel pour discrimination et incitation à la haine.

Le député d'extrême-droite avait été reconnu coupable de discrimination en 2016 pour avoir promis, lors d'un rassemblement électoral en 2014, "moins de Marocains" aux Pays-Bas. Après trois semaines d'audience, le leader du Parti pour la liberté avait toutefois été relaxé d'incitation à la haine et n'avait écopé d'aucune peine. Homme fort de l'opposition au gouvernement libéral de Mark Rutte, celui qui se considère en croisade contre "l'islamisation" de son pays avait demandé à ses militants lors d'un rassemblement électoral s'ils voulaient "plus ou moins de Marocains dans (leur) ville et aux Pays-Bas". Face à une foule scandant "Moins! Moins! Moins!", il avait répondu dans un sourire: "nous allons nous en charger". Après quoi 6.400 plaintes avaient été déposées par des citoyens et des organisations. "Le caractère inflammatoire des déclarations (de Geert Wilders) a incité d'autres personnes à discriminer les personnes d'origine marocaine", avait déclaré le juge Hendrik Steenhuis lors de la lecture du jugement, en l'absence de l'intéressé. Les juges ont cependant estimé ne pas avoir reçu "suffisamment de preuves" pour pouvoir reconnaître le député coupable d'incitation à la haine. Sur Twitter, le député avait qualifié le jugement de "complètement cinglé", après avoir snobé la quasi-totalité des audiences d'un "procès politique", mené par un parquet "marionnette" du gouvernement, en vue de le réduire au silence, selon lui. La défense et le parquet, qui avait requis une amende de 5.000 euros, avaient fait appel du verdict du tribunal de haute sécurité de Schiphol, près d'Amsterdam, où l'affaire est rejugée. Onze jours d'audience ont été alloués par les juges qui rendront leur verdict le 6 juillet. (Belga)

Nos partenaires