Paul Magnette: "Il est bien sombre le monde qui vient"

09/11/16 à 09:07 - Mise à jour à 09:09

Source: Belga

(Belga) Les premières réactions politiques belges à la probable victoire du candidat républicain à la Maison Blanche, Donald Trump, fleurissent sur Twitter. "Quand Le Pen félicite Trump, tout est dit. Il est bien sombre le monde qui vient", a notamment twitté le ministre-président de la Région wallonne Paul Magnette.

Paul Magnette: "Il est bien sombre le monde qui vient"

Paul Magnette: "Il est bien sombre le monde qui vient" © BELGA

Vers 04h00, le ministre-président wallon avait déjà publié un tweet avec une note d'espoir: "le pire n'est jamais certain". Alors que la victoire de Donald Trump à l'élection présidentielle se dessinait plus nettement, M. Magnette a réagi aux félicitations adressées à Donald Trump par la présidente du Front national français Marine Le Pen. "Félicitations au nouveau président des Etats-Unis Donald Trump et au peuple américain, libre!", avait-elle twitté. Le ministre-président de la Fédération Wallonie-Bruxelles Rudy Demotte a lui aussi réagi sur Twitter. "Ecoeuré: #USA semblent se lancer dans une désastreuse aventure", a-t-il commenté. Plusieurs parlementaires belges faisaient également part de leur stupéfaction. "A cette heure-ci, je conseillerais, à celles et ceux qui peuvent se le permettre, de ne pas se réveiller ce matin", a commenté l'Ecolo Christos Doulkeridis. Retweetant son message, la présidente du Sénat Christine Defraigne a ajouté "je suis réveillée. Le cauchemar éveillé". D'autres, comme le Vlaams Belang et le député bruxellois Alain Destexhe (MR), ont par contre félicité Donald Trump et le peuple américain. "C'est leur choix, nous en prenons acte, mais c'est extrêmement inquiétant pour le reste du monde et pour l'unité du peuple américain", a pour sa part réagi le président du PS Elio Di Rupo par communiqué. "Ce résultat inattendu doit réveiller les esprits de tous les responsables politiques européens. Le fait qu'un discours haineux populiste l'emporte sur un projet qui voulait rassembler montre que trop de citoyens américains se sentent délaissés et victimes d'un système économique qui n'est pas en mesure de distribuer de manière équitable les fruits de la globalisation et de l'activité économique et financière." Le ministre-président wallon a par ailleurs réagi aux propos du ministre des Affaires étrangères Didier Reynders, qui a vu dans la victoire de Donald Trump et les critiques wallonnes du CETA une même tentation du repli sur soi. "Ca n'élève pas le débat", a constaté Paul Magnette, toujours sur Twitter. (Belga)

Nos partenaires