"Pas question de faire des enfants des 'gendarmes' du net"

16/09/16 à 13:41 - Mise à jour à 13:45

Source: Belga

(Belga) Le projet de former des jeunes âgés de douze à dix-huit ans afin de lutter contre la propagande radicale en ligne, rapporté dans les titres Sudpresse vendredi, rend perplexe le Délégué général aux droits de l'enfant, Bernard de Vos. "S'il s'agit de sensibiliser les jeunes et de leur donner des outils pour contrer les discours radicaux, pourquoi pas? Mais je m'oppose à toute formation pour détecter et signaler ces messages et pour les transformer en 'gendarmes' du net". L'attachée de presse d'Isabelle Simonis, ministre de la Jeunesse en Fédération Wallonie-Bruxelles souligne pour sa part que le projet est en cours de construction et précise qu'il s'agit plutôt de sensibiliser aux messages de propagande, et non d'inciter à détecter ou signaler ces messages.

"Pas question de faire des enfants des 'gendarmes' du net"

"Pas question de faire des enfants des 'gendarmes' du net" © BELGA

Former les jeunes de 12 à 18 ans à détecter et signaler des messages de propagande serait "une extrême mauvaise idée", estime Bernard de Vos. "On ne peut pas les pousser à devenir des délateurs mais on peut les sensibiliser et leur donner des outils pour contrer les discours radicaux", explique-t-il. Pour l'attachée de presse d'Isabelle Simonis, "la formation pour les 12-18 ans n'est pas encore tout à fait construite, nous devons y travailler". Mais elle explique qu'il s'agirait plutôt d'aider cette tranche d'âge à reconnaître les messages radicaux et de les sensibiliser afin qu'ils sachent comment y réagir. Elle souligne également qu'il faut protéger ces jeunes, confrontés aux messages de propagande véhiculés sur internet. La formation différerait ainsi de celle donnée aux 18-35 ans dans laquelle ils apprennent à détecter, repérer, contre-argumenter et éventuellement signaler les messages de propagande radicale sur le net. (Belga)

Nos partenaires