Pas plus que le MR, le PS ne compte embrayer sur la N-VA, ni ériger un front francophone

17/01/16 à 13:38 - Mise à jour à 13:38

Source: Belga

(Belga) "Il n'y a pas de raison d'entrer dans le jeu de la N-VA" qui a relancé cette semaine en interne le débat institutionnel gelé par l'accord du gouvernement fédéral, car une majorité des néerlandophones et des francophones sont pour l'unité du pays, a affirmé dimanche le président du PS Elio Di Rupo, sur RTL-TVI. Vu l'accord du gouvernement fédéral excluant tout débat institutionnel jusqu'en 2019, il ne reste sur ce point à la N-VA "que le ministère de la parole", a estimé de son côté le chef de groupe MR à la Chambre Denis Ducarme.

Interrogé sur la nécessité de constituer un front francophone pour adopter une position commune face à de nouvelles revendications communautaires, M. Di Rupo a fortement relativisé. "Le PS est toujours disponible pour discuter (...), mais on connaît parfaitement la situation du pays, et on est prêt", a-t-il dit. Il a jugé qu'ouvrir le débat serait "catastrophique, au niveau de la sécurité sociale, ciment de la Belgique". "Tous les francophones doivent continuer à penser à l'avenir du pays", a également relativisé le vice-Premier ministre MR Didier Reynders sur la RTBF. Il juge de son côté que le débat institutionnel doit être intra-francophone, dans les rapports entre la Fédération Wallonie-Bruxelles et la Région wallonne. Et M. Reynders d'ironiser sur le fait que, selon lui, "chaque fois que Bart De Wever éternue, ça se transforme en un tsunami au sud du pays". (Belga)

Nos partenaires