Pas encore de décision belge d'étendre les opérations aériennes à la Syrie

26/01/16 à 19:55 - Mise à jour à 19:55

Source: Belga

Le gouvernement n'a encore pris aucune décision sur une éventuelle extension des opérations aériennes contre le groupe djihadiste Etat islamique (EI) - qui se sont cantonnées jusqu'ici à l'Irak - à la Syrie, faute de demande de la part de la coalition, a indiqué mardi le ministère de la Défense.

Pas encore de décision belge d'étendre les opérations aériennes à la Syrie

© Belga

Les Pays-Bas sont sur le point de franchir cette nouvelle étape dans leur engagement contre l'EI (ou Daech, selon son acronyme arabe) après le ralliement du parti travailliste (PvdA), membre de la majorité gouvernementale avec les libéraux du VVD du Premier ministre Mark Rutte. La force aérienne néerlandaise participe à cette campagne avec quatre chasseurs-bombardiers opérant depuis la Jordanie. Mais ces avions doivent être relevés début juillet par des appareils belges.

En Belgique, "la question ne se pose pas", a indiqué un porte-parole du ministre de la Défense, Steven Vandeput (N-VA). Selon lui, la Belgique n'a, contrairement aux Pays-Bas, pas reçu de demande formelle de la part des Etats-Unis, qui dirigent la coalition anti-EI. Mais le porte-parole, Tony Langone, n'a pas exclu que la question soit discutée au sein du gouvernement.

La Belgique n'a pas non plus participé à une réunion des ministres de la Défense des sept pays les plus impliqués dans les opérations aériennes contre Daech et la formation des forces irakiennes (Etats-Unis, France, Australie, Grande-Bretagne, Allemagne, Italie et Pays-Bas) qui s'est tenue mercredi dernier à Paris. Les ministres avaient alors convenu de "détruire le cancer de l'EI en supprimant ses centres de pouvoir à Raqqa et Mossoul, lutter contre les métastases de cette tumeur dans le monde, protéger les populations chez nous", selon le secrétaire américain à la Défense, Ashton Carter.

Nos partenaires