Pas de vacances pour Charles Michel

28/06/14 à 10:59 - Mise à jour à 10:59

Source: Le Vif

"Je vais beaucoup écouter, avec beaucoup de bonne volonté et d'ouverture", a indiqué l'informateur Charles Michel en arrivant à la présidence de la Chambre où il entame samedi sa mission après l'échec de son prédécesseur Bart De Wever, dont le roi a accepté la démission mercredi, un mois après les élections.

Pas de vacances pour Charles Michel

© Belga

Charles Michel reçoit samedi les partenaires sociaux. C'est la première fois que ceux-ci seront officiellement entendus au fédéral depuis les élections. Bart De Wever n'avait en effet pas jugé opportun de les recevoir alors que traditionnellement une mission d'information débute par ce type de consultations. Charles Michel recevra également samedi après-midi le Premier ministre sortant Elio Di Rupo. L'informateur a dit réaliser que sa mission était particulièrement difficile mais il a fait connaître son ambition de faire "évoluer la situation dans la bonne direction".

Les représentants de la Fédération des Entreprises de Belgique (FEB), de l'Union wallonne des Entreprises (UWE) et de Brussels Enterprises Commerce and Industry (Beci) sont les premiers à être reçus samedi. Viendront ensuite les classes moyennes et les associations des agriculteurs, puis, à l'heure du déjeuner, les trois organisations syndicales, avec pour chacun d'entre eux un représentant par sexe linguistique. Préalablement à la réunion, chaque représentation a reçu un questionnaire bien précis et l'informateur attend des réponses lui permettant d'avancer dans sa mission. L'administrateur-délégué de la FEB, Pieter Timmermans, a pointé trois grands dossiers prioritaires en arrivant samedi: un pacte de compétitivité, un pacte énergétique et un pacte de gouvernance. Il a préparé une note à l'adresse de l'informateur. M. Timmermans s'est refusé à commenter l'une ou l'autre formule de coalition. "Tant qu'on parle, il y a de l'espoir. Mais chacun met des vetos, ce qui rend les choses terriblement compliquées", a-t-il dit.

En savoir plus sur:

Nos partenaires