Live Parlement fédéral : les ministres répondent aux questions des parlementaires

27/11/14 à 14:57 - Mise à jour à 16:13

Ce jeudi après-midi, les ministres vont répondre aux questions des parlementaires. Charles Michel répondra aux question sur le déplafonnement des salaires des grands patrons sur l'existence d'un accord secret sur une nouvelle réforme institutionnelle, ...

Parlement fédéral : les ministres répondent aux questions des parlementaires

Charles Michel © Belga

  • Muriel Lefevre

    On distille la panique en ce qui concerne les pensions

    Sur les suites de la réforme des pensions Peter De Roover (N-VA) a la parole. Les différents groupes d'intérêts communiquent à tout va autour des effets de cette réforme . Mais ils sont coupables de désinformation. Les gens dans l'enseignement toucheraient de 400 à 500 euros en moins par mois. Il s'agit ici de semer un vent de panique irresponsable. Comment peut-on dès lors faire entendre la vérité aux citoyens ?

    Le ministre des pensions Daniel Bacquelaine (MR) répond : ' La réforme des pensions est nécessaire. Si nous ne faisons rien le système même est en danger tout comme la sécurité sociale. Nos carrières vont effectivement durer un peu plus longtemps. Ce qui ne veut pas dire que nous demanderons à des charpentiers de monter plus longtemps sur les toits ou encore aux enseignants de rester 6 à 7 ans en plus. Une grosse partie des efforts sera consacré à la revalorisation des petites pensions. On est en ce moment noyé dans la désinformation ce qui est souvent couplé à du populisme. L'application des réformes se fera de manière pédagogique pour éviter tout malentendu.

  • Muriel Lefevre

    Croyez-vous encore à la SNCB ? Et le rôle de l'état dans cette société de transport ?

    Un scénario à la Sabena pour la SNCB ?

    Jef Van den Bergh (CD&V): 'Jo Cornu parle d'un possible scénario à la Sabena pour la SNCB. Ces comparaisons ne sont pas sans conséquence. Nous ne pouvons enfoncer la SNCB. Nous devons rester positifs. Nous ne devons pas perdre de vue le rôle positif qu'à la SNCB pour la société. Les concertations doivent se faire autour d'une table et non dans la presse.

    Sabien Lahaye-Battheu (Open VLD) adresse sa question au ministre de la mobilité Jacqueline Galant (MR): 'nous devons éviter tout scénario catastrophe. La SNCB doit être remise sur les rails au plus vite. Allez-vous exercer ce rôle que vous demande Jo Cornu ?

    La ministre Galant répond : Nous avons prévu l'envoi d'un courrier aux syndicats pour préciser notre position. Nous devons laisser tomber certains tabous. Les difficultés de la SNCB évoluent d'année en année. Les défis sont importants. Que les choses soient claires: nous devons avoir une entreprise plus performante. Nous travaillons jour après jour dans un climat de confiance. Enfin je partage l'objectif de monsieur Cornu. Je souhaite rendre au personnel sa fierté.

    Lahaye-Battheu: "La confiance est primordiale. Nous devons préparer la SNCB à la libéralisation. L'Open VLD vous soutient entièrement dans cette démarche."

  • Muriel Lefevre

    Il est grand temps d'entamer la concertation sociale

    Benoît Piedboeuf (MR) s'adresse à Kris Peeters (CD&V): " Pensez vous que la Banque Nationale à raison lorsqu'elle dit que le saut d'index coûtera non pas deux pourcent mais 0.4 pourcent ? "

    Peeters: J'ai demandé un rapport à la Banque Nationale. Celle-ci a conclu que la gestion aura des effets positifs d'ici 2019 pour le PNB et pour la création d'emploi. "

    Stefaan Vercamer (CD&V): la concertation sociale est primordiale, mais cela aiderait grandement si nos collègues du monde politique ne faisaient pas des sorties tonitruantes. Nous devons nous considérer comme des alliés et non comme des ennemis. Il est grand temps d'entamer la concertation sociale.

    Peeters : La confiance doit effectivement être rétablie d'urgence. Je suis convaincue que si nous voulons une réforme nous avons besoin des interlocuteurs sociaux. Je ne sais pas si on y arrivera, mais on fera tout pour que cela soit possible.

  • Vincent genot

    "Le Premier a fait de l'enfumage"

  • Muriel Lefevre

    Monsieur Jambon arrêtez de vous mentir

    Karin Temmerman (sp.a): ''vous devez savoir que je ne vais pas discuter ici s'il y a ou non des cahiers Atoma. En d'autres mots des accords secrets doivent bien exister. Monsieur le premier ministre vous dites que Jambon ne dit pas la vérité et qu'il n'y a pas de tel cahier. Mais son parti n'est clairement pas du même avis.

    Fonck au premier ministre : vous avez un vice premier qui ne veut pas être celui de tous les Belges.

    Maingain : La vérité c'est qu'aujourd'hui vous ne pouvez plus parler au nom de tout le gouvernement. La vérité c'est que vous êtes continuellement contredit au sein de votre propre gouvernement.

    Onkelinx à Jambon. Je ne savais pas que vous vous cachiez derrière le MR. A un moment vous avez menti. Or votre fonction vous impose de ne pas mentir. Manifestement vous n'êtes pas à l'aise lorsqu'il s'agit de défendre notre pays. Peut-être que vous devriez arrêter de vous mentir.

  • Vincent genot

    "Circulez, y a rien à voir, tt va bien".

  • Muriel Lefevre

    Il y a-t-il eu des accords secrets sur une nouvelle réforme institutionnelle ?

    Maingain: 'Monsieur Jambon a dit qu'il y avait des carnets secrets. Je le crois. Par la suite il dit qu'il n'y a pas de cahier atoma. C'est vrai, mais peut-être qu'il s'agit d'autres marques. Il dit encore la vérité'

    Catherine Fonck (cdH): Vous tentez de faire de l'humour, mais ce qui se passe ici est grave. Il ne s'agit pas ici de petits cahiers, mais de révision de la constitution.

    Charles Michel : Effectivement. J'ai l'impression que certains points n'ont pas été éclaircis. Pourtant à chaque fois la réponse du gouvernement a été la même. Ce n'est pas parce que vous monsieur Maingain répétez des mensonges que cela devient une vérité. Il y a un accord entre quatre partis politiques, un accord de gouvernement et nous allons nous y tenir. Il n'y a pas d'accord secret entre nous . Notre message est clair "nous souhaitons qu'il y ait plus d'emplois".

  • Muriel Lefevre

    Pluie de faux billets

    Soudain, on entend " nous exigeons un salaire honnête " suivi d'une pluie de faux billets

    Un exemplaire des billets qui furent lancé par les jeunes socialistes flamands

    Un exemplaire des billets qui furent lancé par les jeunes socialistes flamands © ML

  • Muriel Lefevre

    Charles Michel répond sur le déplafonnement des salaires des grands patrons

    Tout le monde doit participer sauf les top managers... Isabelle Poncelet (cdH) au premier ministre Charles Michel: ' Tout le monde doit participer aux efforts budgétaires sauf les Topmanagers. On se demande quelles initiatives va prendre le gouvernement pour tout même faire participer ces grandes entreprises et grand patronat pour participer à l'effort .

    Denis Ducarme (MR) s'adresse à l'opposition " vous allez donner des leçons que n'avez pas vous-même suivi ? Vous n'avez pas vu le salaire de vos ministres ?

    Charles Michel : 'je vois une stratégie où on voit exprès des malentendus. Oui, il y a une politique pour rendre nos entreprises publiques plus autonomes. Comme l'a déjà précisé Alexander De Croo (Open VLD) '

Nos partenaires