Parachutes dorés pour les députés fédéraux non réélus

09/12/14 à 11:11 - Mise à jour à 11:28

Source: Belga

Les parlementaires non réélus lors des élections du 25 mai vont toucher de grosses indemnités. Au nombre de 57 selon La Libre Belgique, certains pourraient recevoir jusqu'à 400 000 euros d'indemnités.

Parachutes dorés pour les députés fédéraux non réélus

Le parlement fédéral lors de la lecture de l'accord de gouvernement. © BELGA

Lorsqu'un député perd sa place au parlement, il ne peut toucher d'allocations de chômage. De fait, et même s'il exerce d'autres mandats, il a droit à une indemnité de sortie. Il la touchera pendant une durée déterminée, soit jusqu'à ce qu'il retrouve un poste de parlementaire.

Le 25 mai 2014, 57 députés fédéraux ont ainsi perdu leur siège. Selon La Libre, ils toucheront chacun, pour une durée de 12 à 48 mois, une indemnité de 9 180 euros bruts mensuels, soit 110 000 à 440 000 euros selon la durée du mandat. À titre d'exemple, Yvan Mayeur (PS), bien qu'il reste bourgmestre de Bruxelles, touchera 275 000 euros échelonnés en 30 mois, François-Xavier de Donnea (MR) touchera 220 000 euros d'indemnité, tandis que Gerolf Annemans (Vlaams-Belang) recevra 440 000 euros. Certains ex-députés, dont Georges D'Allemagne (cdH), n'ont touché que quelques mois d'indemnité, car ils ont retrouvé un poste de parlementaire, notamment grâce à la suppléance.

Une nouvelle loi a déjà été votée

La précédente législature avait voté une loi pour réduire ces indemnités. Le plafond de 48 mois était ainsi redescendu à 24. Il a également été décidé de mettre un terme à ces rémunérations dès que l'intéressé retrouverait un emploi, alors qu'il fallait auparavant réintégrer un parlement pour ne plus y avoir droit. Enfin, il n'est plus possible de percevoir ces compensations financières si on démissionne de son plein gré, sauf en cas de "force majeure". Cette décision ne concerne que le parlement fédéral à l'heure actuelle.

Cependant, cette loi ne concerne que les nouveaux députés. De fait, les 57 anciens représentants sont couverts par l'ancienne législature, ce qui explique les hauts montants auxquels ils ont droit.

Nos partenaires