Panama Papers : la grande frilosité des diamantaires

29/06/16 à 15:38 - Mise à jour à 15:38

Source: Le Vif

Invité à être entendu par la commission parlementaire spéciale Panama Papers sur la fraude fiscale internationale, le secteur diamantaire est très embêté. Il cherche par tous les moyens à décliner l'invitation, en se cachant derrière l'excuse d'être la seule organisation professionnelle à être ainsi sollicitée.

Panama Papers : la grande frilosité des diamantaires

© Belga

Les Panama Papers ont révélé que les noms de 65 diamantaires établis à Anvers étaient cités dans les documents du cabinet Mossack-Fonseca. Ce qui en fait décidément les champions de l'offshore. Dans le Swissleaks, 916 diamantaires figuraient parmi les 3 002 contribuables belges épinglés par l'enquête internationale sur la banque HSBC, soit un tiers du total ! On retrouve des diamantaires dans tous les "leaks". C'était déjà le cas dans l'OffshoreLeaks, en 2013. Même le CD-Rom transmis par le fisc allemand en 2009 à l'ISI (Inspection spéciale des impôts), contenant une liste de clients belges de la banque LGT du Liechtenstein, avait révélé qu'au moins 10 % étaient des diamantaires anversois.

L'invitation lancée par la commission Panama-Papers à l'Antwerp World Diamond Centre (AWDC) paraît donc plus que légitime. Personne ne peut nier l'intérêt d'une séance d'explication, normalement prévue le 12 juillet devant le parlement, concernant la présence massive de diamantaires d'Anvers dans ces listes successives. Personne, sauf... les diamantaires eux-mêmes. Dans sa réponse du 27 juin au président de la commission Ahmed Laaouej (PS) - qu'un vent favorable nous a transmise -, Ari Epstein, le CEO de l'AWDC explique n'avoir, en tant que porte-parole et défenseur des entreprises diamantaires anversoises, "aucune vue ni aucune prise sur la manière dont les diamantaires organisent leur entreprise sur le plan juridique et fiscal".

Il ajoute : "Nous comprenons que l'AWDC est invité sur la base d'un certain nombre d'articles de presse. Dès lors que d'autres catégories professionnelles sont également citées dans ces articles de presse, nous supposons que ces organisations professionnelles ont, elles aussi, été invitées". Et de conclure : "Si l'AWDC devait être le seul invité, il nous paraîtrait opportun de ne pas participer à l'audition". Bref, le secteur diamantaire est prêt à tout pour décliner cette invitation embarrassante et pourtant justifiée vu le nombre de professionnels du secteur à Anvers cités dans les différents "leaks". Il est probable que la commission parlementaire se montre insistante...

Panama Papers : la grande frilosité des diamantaires

© DR

En savoir plus sur:

Nos partenaires