Pakistan: la puissante armée se félicite de la normalisation politique

04/06/18 à 21:50 - Mise à jour à 21:56

Source: Belga

(Belga) La puissante armée pakistanaise, critiquée pour son immixtion présumée dans la vie politique du Pakistan, qu'elle a gouverné près de la moitié de son histoire, s'est réjouie lundi de la normalisation politique, à l'approche d'élections législatives en juillet.

"Il n'y a personne de plus heureux que l'armée du fait que le parlement et le gouvernement aient achevé leurs mandats", a déclaré son porte-parole, le général Asif Ghafoor, lors d'une conférence de presse. Le gouvernement pakistanais a transmis ses pouvoirs à un exécutif intérimaire jeudi à minuit, heure à laquelle l'Assemblée nationale s'est automatiquement dissoute, après cinq années aux affaires. La Ligue musulmane pakistanaise (PML-N), créditée d'un bilan positif, briguera une réélection, malgré plusieurs coups durs, dont la destitution en avril du ministre des Affaires étrangères Khawaja Asif pour violation des lois électorales et surtout celle en juillet pour corruption de son chef de file Nawaz Sharif, alors Premier ministre. Son clan nie toute malversation. Il suggère que Nawaz Sharif est victime d'une conspiration ourdie par l'armée, dont il est un ennemi juré. "C'est une année électorale et les partis doivent se battre entre eux, mais ils ne devraient pas entraîner l'armée là-dedans", a commenté le général Ghafoor. C'est la première fois dans l'histoire pakistanaise, marquée par de nombreux coups d'Etat militaires, que deux gouvernements civils successifs achèvent une législature complète. Au moins 15 chefs de gouvernement ont été déposés avant la fin de leur mandat dans les 70 ans d'histoire du pays, souvent sur ordre de la puissante armée pakistanaise. Dans cette même conférence de presse, le général Ghafoor a également accusé le Mouvement de protection pachtoune (PTM), un mouvement de défense des droits civiques très populaire, d'être manipulé par des "ennemis du Pakistan". Depuis le début de l'année, le PTM a multiplié les marches à travers le pays pour réclamer la fin des disparitions forcées et des exécutions extra-judiciaires perpétrées par les forces de l'ordre contre les pachtounes. Il accuse aussi l'armée de soutenir certains groupes extrémistes. Dimanche, des violences entre des membres du PTM et des partisans liés aux talibans ont fait deux morts et des dizaines de blessés, selon un responsable local. L'incident est survenu dans le nord-ouest du Pakistan, à la frontière de l'Afghanistan, principalement peuplé de pachtounes. (Belga)

Nos partenaires