Pairi Daiza exige la fin des subsides flamands au zoo d'Anvers

25/03/14 à 06:55 - Mise à jour à 06:55

Source: Le Vif

Le patron du parc Pairi Daiza, Eric Domb, a mandaté un cabinet d'avocats spécialisé en droit de la concurrence et a sommé, muni d'avis juridique, la Région flamande de mettre fin aux subsides massifs qu'elle accorde chaque années aux zoos d'Anvers et de Planckendael. Il évoque une "injustice grave", peut-on lire mardi dans L'Echo.

Pairi Daiza exige la fin des subsides flamands au zoo d'Anvers

© Image Globe

Selon Eric Domb, entre 2002 et 2013, les deux zoos flamands ont perçu quelque 97 millions d'euros de fonds publics flamands, alors que Pairi Daiza n'a touché que 10 millions d'euros de la Région wallonne sur la même période.

"Cette distorsion de concurrence doit cesser, nous demandons l'arrêt de la prochaine tranche de subsides pour l'année 2016", explique-t-il.
Devant les tribunaux ou la Commission européenne, les zoos d'Anvers et Planckendael pourraient être condamnés à devoir rembourser jusqu'à 70 millions d'euros à la Région flamande. "Ce n'est pas ce que nous voulons, cela signifierait leur mort. Mais nous ne voulons pas non plus être les couillons de cette histoire. Voilà pourquoi, afin d'éviter la voie judiciaire, nous demandons qu'ils cessent cette subsidiation massive qui fausse le marché", ajoute M. Domb.

Le patron de Pairi Daiza souligne cependant que "si la Région flamande nous oppose une fin de non-recevoir, nous n'aurons d'autres solutions qu'une procédure judiciaire."

Eric Domb va même plus loin et se pose en candidat repreneur des deux zoos flamands: "si la Région flamande n'est pas capable de faire tourner cette ASBL sans subsides publics, nous sommes candidats repreneurs et nous nous engageons à développer ces zoos sans injection de capitaux publics flamands."

"Cela devient un jeu bizarre", estime Geert Bourgeois

Le ministre flamand du Tourisme, Geert Bourgeois (N-VA), demandera "à tout hasard" un avis juridique sur les subsides accordés par la Flandre au zoo d'Anvers et au parc animalier de Planckendael, contestés par le patron du parc animalier hennuyer de Pairi Daiza. Pour Geert Bourgeois, les deux institutions flamandes, sous statut d'asbl, ont une fonction sociale, de recherche, et sans but lucratif, contrairement à Pairi Daiza coté en bourse.

"J'ai le sentiment que l'on pratique un jeu bizarre", a réagi le ministre N-VA, au cours de l'émission "De Ochtend" (VRT-radio) à propos de la demande d'Eric Domb.

Celui-ci a mandaté un cabinet d'avocats spécialisés en droit de la concurrence et a sommé la Région flamande de mettre fin aux subsides massifs qu'elle accorde chaque année aux zoos d'Anvers et de Planckendael.

Il menace également d'introduire une plainte à la Commission européenne pour violation des règles sur la concurrence.
Selon Geert Bourgeois, presque tous les pays de l'Union européenne soutiennent leurs zoos, et il n'y a pas de cas connus d'aide d'état illégale.

Le ministre a ajouté que les quelque 97 millions d'euros perçus par le zoo d'Anvers et par Planckendael entre 2002 et 2013 intègrent un important montant pour la transformation de la salle Reine Elisabeth -ndlr: qui appartient au zoo d'Anvers et où sont organisés des congrès, des séminaires et des événements-.

Geert Bourgeois a enfin dit qu'en Wallonie, d'autres affaires étaient sujettes à la critique, telles que les aides des pouvoirs publics à l'aéroport de Charleroi et à certains clubs de football qui sont "des entreprises privées et n'ont rien à voir avec une asbl".

Nos partenaires