Ouzbékistan: le président appelle à réformer les services de sécurité

22/12/17 à 21:30 - Mise à jour à 21:32

Source: Belga

(Belga) Le président de l'Ouzbékistan Chavkat Mirzioïev a appelé vendredi à réformer les redoutables services de sécurité ouzbeks, nouveau signe d'assouplissement dans ce pays d'Asie centrale.

"Nous avons besoin de réformer cette structure", a-t-il déclaré devant un parterre composé de députés, diplomates et journalistes. "Je propose de développer et adopter une loi sur les services de sécurité", qui fonctionnent toujours selon un mandat gouvernemental voté il y a 26 ans, a ajouté le président ouzbek. Les services de sécurité ouzbeks, héritiers locaux du KGB soviétique, sont dirigés depuis 1994 par Roustam Inoïatov, 73 ans, considéré comme l'un des hommes les plus puissants de ce pays parmi les plus isolés au monde. Mais son influence semble en passe d'être limitée par les nouveaux ministres de la Défense et de l'Intérieur, nommés par Chavkat Mirzioïev. Le champ d'action du ministère de l'Intérieur a également été élargi, et une unité des services de sécurité est passée sous son portefeuille. A la chute de l'URSS, l'Ouzbékistan a vu émerger dès les années 1990 un mouvement islamiste radical qui s'étend aujourd'hui. Plusieurs djihadistes ouzbeks se sont ainsi faits connaître au cours des dernières années: l'auteur de l'attentat à la camionnette de New York, ayant fait 8 morts début novembre, et l'auteur d'un attentat contre une boîte de nuit d'Istanbul ayant fait 39 morts la nuit de Saint-Sylvestre de 2016. Ils avaient tous deux prêté allégeance à l'organisation Etat islamique (EI). Ex-république soviétique, laïque et à majorité musulmane, l'Ouzbékistan a été dirigé d'une main de fer par l'autoritaire Islam Karimov de 1989 à sa mort, en septembre 2016. Chavkat Mirzioïev, son ancien Premier ministre, a pris les rênes du pays en prônant une rupture avec l'autoritarisme de son prédécesseur et donnant quelques signes d'un éventuel assouplissement du régime. (Belga)

Nos partenaires