Ouverture d'un camp de conteneurs chauffés pour les migrants de Calais

11/01/16 à 19:43 - Mise à jour à 19:43

Source: Belga

(Belga) De premiers migrants se sont installés lundi dans des conteneurs chauffés, qui doivent accueillir d'ici fin janvier 1.500 des quelque 4.000 exilés qui survivent dans un bidonville insalubre à Calais, dans le nord de la France.

Ouverture d'un camp de conteneurs chauffés pour les migrants de Calais

Ouverture d'un camp de conteneurs chauffés pour les migrants de Calais © BELGA

"Ici il fait chaud, on est protégé du froid et de l'humidité", a déclaré un père de famille afghan en prenant ses quartiers avec sa femme et leurs six enfants dans ce nouveau camp, promis en août par les autorités françaises. Si le gouvernement français souhaite améliorer les conditions de vie des migrants qui attendent dans la "Jungle" de Calais une chance de pouvoir rallier l'Angleterre, il ne veut pas qu'ils s'installent définitivement dans la région. "Les migrants n'ont pas vocation à rester éternellement ici", a déclaré la représentante de l'Etat dans la région, la préfète Fabienne Buccio lors d'une conférence de presse. En conséquence, le nouveau camp est pensé comme un simple abri. "Il n'y aura pas de véritable lieu de vie. C'est juste un dortoir (...) mais au moins les familles pourront s'abriter", observe le président de l'association l'Auberge des migrants, Christian Salomé. Lundi, les migrants ne se sont pas pressés pour avoir une place dans le camp, dont l'accès se fait au moyen d'une identification de la forme de la main, couplée à un code confidentiel, "sans qu'aucune empreinte ne soit gardée", a tenu à rassurer Mme Buccio. Fin novembre, la justice avait ordonné à l'Etat français de réaliser des aménagements sanitaires (douches, toilettes...) dans la Jungle de Calais, estimant que les conditions de vie dans le bidonville étaient "de nature à exposer les migrants (...) à des traitements inhumains ou dégradants". Pendant longtemps, le gouvernement français s'est montré frileux sur l'ouverture de camps de migrants structurés, par crainte de renouveler l'expérience du camp de Sangatte (nord) ouvert en 1999 par la Croix Rouge et qui, débordé, avait dû être fermé en 2002. Par ailleurs, la mairie de Grande-Synthe, à une quarantaine de kilomètres au nord-est de Calais, a confirmé lundi l'ouverture d'ici un mois d'un camp de tentes répondant "aux normes internationales". Financé par la ville et l'organisation Médecins sans frontières (MSF), il devrait accueillir 1.500 migrants. (Belga)

Nos partenaires