Ostende, la Reine des Plages

21/07/15 à 10:20 - Mise à jour à 02/09/15 à 13:43

Source: Belga

En quatre décennies (1860-1900), la petite cité portuaire s'est hissée au rang de capitale du tourisme balnéaire 5-étoiles, du luxe et de l'élégance. Cette métamorphose correspond très exactement aux quarante premières années de James Ensor et à son inspiration créatrice la plus féconde. Ostende et Ensor ne font qu'un. On y vient en pèlerinage nostalgique.

A priori, rien ne destinait cette cité portuaire, assez inhospitalière en somme, à devenir la reine mondialement réputée du littoral. En effet, le port d'Ostende était une ville fortifiée depuis 1572 et a conservé cette fonction pendant près de trois siècles. Ce n'est qu'en 1865 (l'année de son intronisation) que Léopold II ordonna le démantèlement de l'enceinte qui freinait la croissance urbaine. Le gigantesque chantier de démolition s'est prolongé pendant dix ans, "traumatisant" les habitants et, surtout, le petit James Ensor, alors âgé de 5 ans. Nous y reviendrons. Au-delà des remparts s'étalait une superbe plage. Le sable y était fin et la mer assez calme. La baignade en mer, apparue en Angleterre à des fins thérapeutiques au cours du XVIIe, finit par débarquer à Ostende, la ville ayant des relations traditionnelles avec les îles britanniques. Ce sont donc les Anglais qui installent, à la fin du XVIIIe siècle, les premières cabines de bain (bathing machines) montées sur roues. Tirées jusque dans l'eau, elles permettent d'enfiler son costume de bain en toute discrétion.
...

Vous souhaitez continuer à nous lire?

Inscrivez-vous afin de pouvoir lire 4 articles gratuits par mois.

Nos partenaires