Open Vld et N-VA veulent savoir qui va négocier

21/02/11 à 08:29 - Mise à jour à 08:29

Source: Le Vif

La N-VA et le CD&V veulent savoir le plus vite possible quels partis vont négocier la formation d'un nouveau gouvernement fédéral, ont expliqué leurs présidents respectifs au cours de l'émission télévisée De Zevende Dag de la VRT. Ils rejettent toute idée de "course à l'élimination" qui obligerait des partis à "décrocher" en cours de route.

Open Vld et N-VA veulent savoir qui va négocier

© Belga

Le débat dominical de la télévision publique flamande rassemblait pour la première fois depuis longtemps tous les présidents des partis flamands engagés dans la négociation préalable à la formation d'un nouveau gouvernement. Il n'a pas baigné dans l'optimisme.

Le chef de file d'Open Vld a dit clairement qu'il voulait savoir lesquels des neuf partis actuellement concernés allaient finalement négocier. Pour lui, le concept de course par élimination ne vaut que pour la compétition cycliste, pas pour la politique, car il mène à miner la confiance.

De même, l'homme fort de la N-VA Bart De Wever, n'est pas intéressé par l'histoire des Dix Petits Nègres (référence à une comptine liée au roman policier d'Agatha Christie), "qui ferait disparaître un parti après chaque strophe". Pour lui, si, l'on veut saisir une dernière chance, il faut choisir sur base d'un contenu avec qui on peut faire un gouvernement. Il a répété que les partis francophones doivent faire davantage d'effort en vue d'un compromis.

Le président d'Open Vld Alexander De Croo s'en est pris à la N-VA et au PS qui, à ses yeux, n'ont pa su utiliser leur position politique dominante. Selon lui, la N-VA, qui a remporté les élections, doit mener les négociations. Mais le président des nationalistes a aussitôt démenti vouloir échapper à ses responsabilités, rappellant qu'il avait été en piste durant 8 jours (comme clarificateur royal). Ce sont les autres partis qui, selon lui, se refusent à lui donner à nouveau un rôle dominant.

Pour le sp.a, Caroline Gennez a jugé que les partis flamands devaient déterminer leur objectif final et que les partis francophones devaient se montrer moins sur la défensive. Quant au président du CD&V Wouter Beke, il a réfuté l'affirmation selon laquelle plus rien n'est possible.

Chez Groen!, Wouter Van Besien a répété que tous les problèmes ne sont pas communautaires et que les partis Verts ne se trouvent pas à l'origine du blocage.

Le Vif.be, avec Belga

En savoir plus sur:

Nos partenaires