Onze trafiquants d'êtres humains interpellés au cours d'une action de grande ampleur

29/01/15 à 12:46 - Mise à jour à 12:46

Source: Belga

Onze suspects ont été appréhendés au cours d'une action conjointe des parquets et des polices judiciaires fédérales de Louvain et des Flandres orientale et occidentale, ont annoncé les parquets concernés jeudi.

Onze trafiquants d'êtres humains interpellés au cours d'une action de grande ampleur

Les trafiqiuants étaient actifs sur les aires d'autoroute de la E40, mais également dans les ports belges et sur d'autres grandes artères. © Belga

Les trafiquants organisaient des transferts par camions, moyennant paiement pouvant atteindre les 3.500 euros, vers le Royaume-Uni. Ils étaient actifs sur les aires d'autoroute de la E40, mais également dans les ports belges et sur d'autres grandes artères telles que la E17 ou d'autres parkings situés plus au coeur du pays comme ceux de l'A2 à Rotselaar et Heverlee, celui de l'E411 à Bierges ou encore celui de Ranst sur l'E313. Des zones industrielles situées près de Furnes servaient également leurs trafics. Il semblerait, selon les parquets, qu'ils aient dû modifier plusieurs fois leurs endroits de prédilection sous la pression des actions régulières menées par les autorités.

Trois parquets (Louvain, Flandre orientale et Flandre occidentale) ont monté une action commune, menée dans la nuit de lundi à mardi dans Bruxelles et ses environs. Quelque 200 policiers y ont participé et ont permis d'intercepter 10 suspects et de mettre la main sur dix-sept clandestins en cours de transport entre Rotselaar et Bierges. Mercredi un nouveau suspect a également été interpellé à Molenbeek. Les onze personnes appréhendées sont originaires d'Irak, Turquie, Bulgarie, Albanie, Iran et Afghanistan.

"Cette action a permis de démanteler un important réseau de trafiquants d'êtres humains qui essayait presque quotidiennement d'envoyer des clandestins par camions au Royaume-Uni", indique Sarah Callewaert du parquet de Louvain. "L'enquête est loin d'être finie et de nouvelles interpellations auront encore lieu à l'avenir."

En savoir plus sur:

Nos partenaires