Onkelinx veut rediscuter de la suppression des allocations d'insertion

14/02/14 à 08:22 - Mise à jour à 08:22

Source: Le Vif

La Vice-première socialiste, Laurette Onkelinx, a indiqué jeudi que le PS, s'il était à la table des négociations pour la formation d'un nouveau gouvernement après les élections du 25 mai, demanderait la renégociation des mesures visant à supprimer les allocations d'insertion.

Onkelinx veut rediscuter de la suppression des allocations d'insertion

© Belga

Invitée de l'émission "Jeudi en prime" de la RTBF, la ministre fédérale de la Santé et des Affaires sociales a estimé que la situation socio-économique du pays avait changé depuis l'adoption par le gouvernement de cette mesure controversée, et qu'une rediscussion était dès lors souhaitable entre les futurs partenaires gouvernementaux.

D'après une récente étude de la FGTB, pas moins de 55.000 Wallons et Bruxellois pourraient perdre leurs allocations d'insertion à partir du 1er janvier prochain suite à cette décision du gouvernement Di Rupo.
Egalement interrogée sur la stratégie électorale du PS, Mme Onkelinx, qui préside la Fédération bruxelloise du parti, a laissé entendre jeudi que l'ancien ministre-président bruxellois, Charles Picqué, qui avait démissionné début mai pour redevenir bourgmestre à Saint-Gilles, pourrait occuper une place utile sur les listes. "On en discute", a-t-elle dit.

La Vice-première socialiste s'est enfin fermement opposée aux récentes conclusions du directeur de la Banque nationale de Belgique, Luc Coene, selon qui les salaires nets en Belgique commenceraient à être trop élevés, handicapant ainsi la compétitivité du pays.

"Je ne suis absolument pas d'accord! ", a martelé Mme Onkelinx. "On a presque envie de lui (Luc Coene, ndlr) dire de commencer par réduire son propre salaire...", a-t-elle lancé.

L'indexation des salaires, qui lie leur évolution au coût de la vie, est au contraire une manière de maintenir la consommation intérieure, a défendu Mme Onkelinx.

Nos partenaires