Onkelinx pour un renfort militaire à la STIB

21/02/11 à 08:09 - Mise à jour à 08:09

Source: Le Vif

Le conseil des ministres discutera vendredi du déploiement éventuel d'une centaine de militaires aux côtés des agents de sécurité dans les transports en commun bruxellois.

Onkelinx pour un renfort militaire à la STIB

© BELGA

"J'ai demandé que monsieur De Crem nous fasse rapport pour voir quand les militaires pourront arriver dans les gares, démilitarisés, afin d'assister les agents de sécurité", a confié Laurette Onkelinx dimanche dans l'Invité sur RTL-TVI.

L'idée d'utiliser des vigiles privés pour renforcer la sécurité à la STIB a été évoquée plus tôt dans la semaine suite à la grève menée au sein des transports en commun bruxellois en réaction à une échauffourée entre un conducteur et un passager.

Mais l'idée de faire appel à des militaires est nouvelle et n'est pas accueillie positivement au sein de l'armée. "On ne s'improvise pas agent de sécurité à la STIB parce qu'on est militaire. Il faudra des formations et cela doit se faire sur base volontaire. Il y a donc toute une procédure à mettre en place", a expliqué Patrick Descy, secrétaire permanent CGSP Défense, rappelant au passage que les cent militaires devant être mis à la disposition des ambassades ne l'étaient toujours pas.

Pour la STIB, au contraire, c'est une très bonne nouvelle, a réagi l'administrateur délégué.

"Il faut réinvestir"

Le député MR Denis Ducarme a estimé lundi que la proposition de Laurette Onkelinx était "une bonne idée", mais que cela ne pouvait se faire sans réinvestir dans ce département.

"J'adhère à la proposition de Laurette Onkelinx de déployer des militaires lors de situations difficiles", a réagi lundi matin le député, membre de la commission Défense de la Chambre.

"Néanmoins, ce genre de démarche ne peut se faire que si on accepte de réinvestir pour la Défense", a-t-il ajouté, rappelant au passage que les investissements militaires en Belgique étaient bien inférieurs à ceux préconisés par l'OTAN, dont le pays fait partie.

Recruter plus de policiers avant de faire appel à l'armée

Le président du MR, Charles Michel, s'est dit lundi favorable à un renforcement du cadre de la police à Bruxelles plutôt qu'au recours à des militaires pour aider à la sécurisation des lignes de la STIB, tout en soulignant leur utilité pour des missions de surveillance des ambassades.

Il manque 600 policiers à Bruxelles. Il faut d'abord commencer à recruter des policiers, a-t-il dit en substance au cours d'une conférence de presse à l'issue d'un conseil du parti consacré à la défense. "C'est une priorité pour nous", a-t-il assuré.

Une centaine de policiers ont été engagés en application du budget 2010, pour combler ce déficit. "Il faut aller plus loin" sur le budget 2011 en cours de confection par le gouvernement fédéral, a affirmé M. Michel.

"Nous voulons davantage de policiers mieux formés et mieux équipés", a-t-il ajouté, en plaidant aussi pour la création de "tribunaux de flagrant délit" pour punir les auteurs d'infractions et "que les sanctions soient effectivement exécutées".

Selon le président du MR, les militaires peuvent toutefois fournir un "appui" dans des circonstances particulières, comme la surveillance des ambassades ou le transport de détenus. "Il ne faut pas de kaki dans le métro, mais plus de bleu dans les rues", a résumé M. Michel.

Le Vif.be, avec Belga

En savoir plus sur:

Nos partenaires