"One planet summit" à Paris - "Fondamental de se réunir entre pays concernés"

12/12/17 à 17:37 - Mise à jour à 17:39

Source: Belga

(Belga) L'organisation d'un sommet climat à Paris, quelques semaines seulement après la tenue de la 23e conférence climat de l'Onu à Bonn (COP23), n'est pas redondante car "il est fondamental de se réunir régulièrement entre pays concernés par la lutte contre le réchauffement climatique", a déclaré mardi à l'agence Belga la ministre fédérale de l'Environnement et du Développement durable, Marie Christine Marghem.

Pour la ministre belge, ce genre de grands rendez-vous est une occasion de rencontrer des responsables et personnalités impliqués dans le combat climatique et d'échanger de bonnes pratiques. Plusieurs dizaines de chefs d'Etat, de gouvernement, dont le Premier ministre Charles Michel, et de ministres se sont retrouvés mardi à Paris pour le "One planet summit", initié par la France et co-organisé par l'Onu et la Banque mondiale. Ce sommet vise notamment à accélérer les investissements dans les énergies renouvelables au détriment des énergies fossiles. Mme Marghem a profité de sa présence dans la capitale française pour rencontrer la ministre québécoise de l'Environnement, Isabelle Melançon. Le Québec a en effet mis en place, il y a trois ans déjà, un marché du carbone qui, selon la ministre québécoise, démontre son efficacité. Cette expérience intéresse fortement la ministre belge, qui a lancé en début d'année un débat sur le prix du carbone (carbon pricing) dans notre pays. Mme Marghem est aussi d'avis que ce type de marché, s'il fonctionne correctement, peut aider à produire les changements de comportements nécessaires dans la lutte contre le réchauffement climatique. (Belga)

Nos partenaires