On reparle du low-cost à Brussels Airport

28/02/11 à 07:43 - Mise à jour à 07:43

Source: Le Vif

Le secrétaire d'Etat à la Mobilité, Etienne Schouppe, tenterait de faire passer des arrêtés royaux modifiant les dispositions d'exploitation auxquelles doivent se tenir les autorités de Brussels Airport. Objectif? Autoriser l'affectation d'un terminal aéroportuaire exclusivement aux activités low-cost. Les riverains de l'aéroport bruxellois grincent des dents.

On reparle du low-cost à Brussels Airport

© Belga

Le secrétaire d'Etat à la Mobilité, Etienne Schouppe (CD&V), tenterait actuellement de forcer la main de ses collègues du gouvernement fédéral pour faire passer deux projets d'arrêtés royaux susceptibles d'ouvrir la voie à l'exploitation d'un terminal low cost à Brussels Airport, rapporte lundi La Libre Belgique. Les deux textes visent à modifier l'arrêté royal octroyant la licence d'exploitation de l'aéroport national et celui relatif au statut de la société gestionnaire du site.

"Le titulaire peut faire varier la qualité et le champ de certains services, terminaux ou parties de terminaux de l'aéroport dans le but d'offrir des services personnalisés ou de dédier un terminal spécifique ou des parties de terminaux à un usage particulier", indique l'un des textes modifiant l'arrêté royal sur la licence d'exploitation.

Pour faire passer son projet, M. Schouppe argue du fait qu'il a l'obligation d'assurer la transposition de la directive européenne sur les redevances aéroportuaires, laquelle doit effectivement être traduite dans la législation belge d'ici le 15 mars prochain. Selon cette directive, les Etats membres peuvent permettre à un gestionnaire d'aéroport d'imposer des redevances aéroportuaires différenciées.

Les riverains de l'aéroport, qui redoutent un accroissement des nuisances sonores avec l'arrivée d'un terminal low cost, dénoncent la démarche du secrétaire d'Etat.

Avec Belga

Nos partenaires