Obama fédère les Européens et le gouvernement belge

26/03/14 à 20:07 - Mise à jour à 20:07

Source: Le Vif

Les tensions de la campagne électorale suspendues le temps d'un discours rassembleur de Barack Obama sur la réaction au coup de force russe en Crimée. Même Reynders et Milquet ont remisé les armes...

Obama fédère les Européens et le gouvernement belge

© Reuters

Fédérateur. C'est un Barack Obama rassembleur qui s'est exprimé mercredi soir au Palais des Beaux-Arts, unique discours de sa tournée européenne.

Le charisme du premier président noir des Etats-Unis n'est pas une légende. C'est dans un profond silence d'une assistance de plus de 2 000 invités que Barack Obama a fait l'éloge de l'union entre Européens et Américains sur le dossier ukrainien. "Ensemble, nous leur imposons des coûts" aux Russes, a-t-il clamé pour expliquer la force des sanctions décidées contre la Russie après l'annexion de la Crimée. Pas de nouvelle guerre froide pour autant : la Russie ne mène pas un bloc de pays ni ne profère d'idéologie mondiale, comme du temps du communisme, a lancé le Président des Etats-Unis pour signifier, un brin condescendant, que le pays de Vladimir Poutine n'était plus qu'une "puissance régionale".

Se référant à sa visite matinale au cimetière américain de Waregem, Barack Obama a rappelé le combat commun qu'Européens et Américains ont mené pendant un siècle pour la défense d'"idéaux universels qui nous rendent plus forts". Et Barack Obama d'en appeler aux jeunes Européens pour qu'ils construisent un avenir meilleur, avec en tête le souvenir des combattants pour la liberté de la place Maidan, à Kiev.

Fédérateur, Barack Obama l'a aussi été pour le gouvernement belge. Illustration, ce "selfie" réalisé par Didier Reynders dans une corbeille du Palais des Beaux-Arts devant Kris Peeters, Laurette Onkelinx, Joëlle Milquet, Peter De Crem et Alexander De Croo... Tout le gratin des mondes politique belge et européen était présent, de Maggie De Block, en tribune dès la première heure, au président du Parlement européen Martin Schultz, un peu lassé de la longue attente, en passant par l'Ecolo Olivier Deleuze, admiratif des notes de musique jazzy du petit orchestre de l'Otan convié à chauffer la salle.

Rassemblées aussi par la "star" Obama, Justine Hénin et Kim Clijsters très remarquées ou ces capitaines d'industrie côtoyant des jeunes en tee-shirt participant à un projet de la Fondation Roi Baudouin. L'initiative "Boost" promeut le développement de talents à Anvers, Bruxelles et Liège.

Pour les jeunes filles interrogées, assister à un discours de Barack Obama est évidemment un honneur. Pour l'une, d'origine africaine, c'est "un grand homme". Mais pour une autre, de confession musulmane, le jugement est visiblement plus mitigé... Malgré l'accueil de star qu'il a reçu et son indéniable capacité de séduction, en louant notamment la qualité du chocolat et de la bière belge, le lauréat du Prix Nobel de la paix est malgré tout loin de faire l'unanimité dans tous les domaines.

Gérald Papy

En savoir plus sur:

Nos partenaires