Nuisances : le retour de DHL à Zaventem constitue une menace environnementale et sanitaire

13/02/15 à 15:51 - Mise à jour à 15:50

Source: Belga

Le chef du groupe cdH au parlement bruxellois et bourgmestre de Woluwe-Saint-Pierre, Benoît Cerexhe, a fait part vendredi de ses "plus vives inquiétudes et plus fortes réticences à l'annonce par la société de transport aérien allemande DHL d'un investissement de 114 millions d'euros à Zaventem, pour développer un nouveau centre de tri capable de tripler le volume actuel de colis traités et envoyés.

Nuisances : le retour de DHL à Zaventem constitue une menace environnementale et sanitaire

Benoit Cerexhe © Belga

M. Cerexhe s'est en particulier inquiété "très vivement des répercussions que le gonflement annoncé des activités de DHL aura dans les années à venir sur l'accroissement des activités de nuit, l'explosion des nuisances aériennes pour Bruxelles et les populations riveraines.

L'ancien ministre a notamment rappelé "la férocité des négociations de 2004 au cours desquelles le gouvernement fédéral de Guy Verhofstadt a tenté par tous les moyens d'imposer au gouvernement régional bruxellois l'acceptation, au nom de la création d'emplois 'par milliers', d'un développement conséquent des activités de DHL à Zaventem et celle, inéluctablement subséquente, de nuisances aériennes supplémentaires pour Bruxelles et les communes riveraines.

Selon M. Cerexhe, l'opérateur allemand s'était montré inflexible lorsque les demandes bruxelloises relatives à la limitation du nombre de vols de nuit, à la préservation de la qualité de vie des riverains et à l'utilisation d'avions moins bruyants sont arrivées sur la table. Le chef de file du cdH s'est étonné qu'une fois de plus "seules les considérations économiques semblent guider le gouvernement fédéral et les autorités aéroportuaires dans ce dossier, sans nulle prise en compte des préoccupations environnementales et des aspects sanitaires de cet hyper-développement de l'activité aérienne de DHL".

Aux yeux du député-bourgmestre, "cet investissement aura d'abord pour première conséquence, inacceptable de rendre impossible toute extension de la nuit de 22h à 7h, comme le prévoit pourtant explicitement l'accord de gouvernement bruxellois. De même, l'annonce par DHL d'arrivées d'avions plus lourds et plus gros pour opérer davantage de vols intercontinentaux, vers l'Asie notamment, est une "menace supplémentaire pour Bruxelles", a estimé M. Cerexhe.

Nos partenaires