Nucléaire: la secrétaire à l'US Air Force "inquiète" de la politique de dissuasion d'Obama

05/08/16 à 00:29 - Mise à jour à 00:29

Source: Belga

(Belga) La secrétaire aux forces aériennes américaines s'est inquiétée jeudi de la possibilité que les Etats-Unis renoncent à leur capacité de première frappe nucléaire.

Nucléaire: la secrétaire à l'US Air Force "inquiète" de la politique de dissuasion d'Obama

Nucléaire: la secrétaire à l'US Air Force "inquiète" de la politique de dissuasion d'Obama © BELGA

Au cours des dernières semaines, les médias américains ont affirmé que le président Barack Obama envisageait une refonte globale de la politique nucléaire et s'engageait à ne jamais procéder à la première frappe dans un conflit nucléaire. "Une telle politique me préoccuperait", a déclaré la secrétaire à l'armée de l'air Deborah Lee James à New America, un think tank basé à Washington. "Avoir un certain degré d'ambiguïté n'est pas nécessairement mauvais. Il faut bien sûr communiquer certaines choses aux alliés et aux adversaires potentiels à travers le monde, mais il ne faut pas tout le temps dévoiler toutes ses cartes." L'US Air Force est chargée de deux branches de la "triade" de défense nucléaire américaine, un système nucléaire à trois volets comprenant des bombardiers à longue portée, des missiles sol-sol et des sous-marins. Obama, qui plaide pour un monde sans armes nucléaires, envisage une série de mesures qu'il pourrait mettre en oeuvre avant de quitter la Maison Blanche à la fin de l'année, selon le Washington Post. Parmi ces mesures, le président pourrait réduire le budget réservé à la modernisation de l'arsenal nucléaire et annuler ou retarder le développement des missiles de croisière à longue portée. La politique nucléaire américaine fait de plus en plus l'objet de débats publics et de commentaires controversés, incarnés par les récentes déclarations du candidat républicain Donald Trump. Selon Joe Scarborough, un présentateur de la chaîne d'information MSNBC citant une source anonyme, M. Trump aurait demandé plusieurs fois à un expert en politique étrangère: "Si nous les avons (les armes nucléaires), pourquoi ne pas les utiliser?" Le milliardaire a également proposé de fournir des armes nucléaires au Japon et à la Corée du Sud et a refusé d'exclure l'usage de bombes atomiques en Europe. (Belga)

Nos partenaires