Nouvelles fuites pour le CE2D de néerlandais: "Cette pagaille ne peut se reproduire en 2016"

17/06/15 à 06:19 - Mise à jour à 16:00

Source: Belga

Des irrégularités ont également eu lieu lors des épreuves externes - mais non obligatoires - du CE2D, soit les examens de néerlandais en 4ème secondaire. Là aussi, les questions circulaient discrètement mais largement sur Facebook au sein de groupe de jeunes du même niveau scolaire, rapporte La Libre Belgique mardi soir sur son site web.

Nouvelles fuites pour le CE2D de néerlandais: "Cette pagaille ne peut se reproduire en 2016"

© istock

L'examen a tout simplement été donné par des élèves dans d'autres écoles. En d'autres termes, l'absence d'une stricte planification des examens a permis à des élèves d'une école de bénéficier des questions et des réponses communiquées par les élèves d'une autre école ayant déjà passé l'épreuve.

Le cabinet de la ministre Milquet précise que le CE2D est "en phase de test dans seulement 23 écoles". Mais dans les écoles où il est mis en place, c'est le seul examen de fin d'année qui contribue à l'évaluation finale pour le cours de néerlandais.

Après ces nouvelles révélations de fuites, le MR demande à la ministre de l'Éducation, Joëlle Milquet (cdH), de "prendre les mesures nécessaires pour garantir une certification équitable et valable des diplômes des élèves concernés pour cette session", indique la cheffe de groupe MR au Parlement de la Fédération Wallonie-Bruxelles, Françoise Bertieaux, mercredi dans un communiqué. Selon La Libre Belgique, les questions du CE2D circulaient discrètement mais largement sur Facebook au sein de groupes de jeunes du même niveau scolaire.

"Cette pagaille ne peut se reproduire en 2016"

"A la lecture de ces nouveaux éléments, le groupe MR demande la mise en place d'une Commission spéciale au sein du Parlement de la Fédération Wallonie-Bruxelles, dont la tâche sera de faire toute la clarté sur les événements de ces deux derniers jours, d'entendre la ministre et l'administration, de récolter toutes les informations quant à l'actuelle procédure en place et de réfléchir à la mise en oeuvre d'un nouveau système et des moyens à déployer", affirme Françoise Bertieaux. "Cette Commission devra aussi assurer le suivi des mesures adoptées et de leur bonne application", précise-t-elle.

"Cette pagaille ne peut se reproduire en 2016. Il faut s'atteler à la sécurisation et à la modernisation de tout le processus organisationnel de ces épreuves, et également faire en sorte que des questionnaires 'bis' soient prêts le cas échéant pour éviter un tel football-panique. La ministre doit se remonter les manches pour revoir de fond en comble ce système", conclut la cheffe de groupe MR, selon qui Mme Milquet "doit consulter en urgence le secteur et opter pour une mesure sans délai".

En savoir plus sur:

Nos partenaires