Nouvelles actions en vue à la SNCB

23/01/15 à 14:29 - Mise à jour à 15:25

Source: Belga

Le bureau exécutif national de la CGSP-Cheminots a donné mandat à son secrétariat national pour que celui-ci mette en place, dans les prochains jours, un nouveau plan d'actions "visant à combattre toutes les agressions purement idéologiques de ce gouvernement de droite sous influence", a indiqué vendredi le syndicat socialiste.

Nouvelles actions en vue à la SNCB

© Belga

La CGSP dénonce particulièrement la proposition de loi de la députée N-VA Valérie Van Peel qui tend à supprimer RailCare, la mutuelle des cheminots et de leurs familles. "Et le service des pensions serait également dans le collimateur", poursuit la CGSP.

"Le bureau exécutif national de la CGSP-ACOD - qui s'est réuni hier/jeudi, ndlr - constate que ce gouvernement n'a qu'un objectif affiché: détruire le statut des cheminots et mettre à mal HR-RAIL, responsable du dialogue social au sein des chemins de fer belges", ajoute le syndicat qui a dès lors décidé de repasser à l'action. "Cela ne signifie pas forcément que des grèves seront organisées, même si cela fait partie des possibilités", indique toutefois Jean-Pierre Goossens, le président de l'aile flamande de la CGSP-Cheminots.

"Nous sommes une organisation responsable. Nous n'utiliserons pas notre pouvoir à mauvais escient", assure-t-il encore en soulignant que le plan d'actions, qui devrait être détaillé la semaine prochaine, est préparé en front commun syndical.

De son côté, le Comité permanent du groupe Cheminots du SLFP exige "de ce gouvernement le retrait pur et simple du projet de loi de la N-VA". "Ce projet de loi sonne le début du démantèlement de notre société HR-Rail issue de la toute récente réforme du groupe SNCB avec à la clé la perte de nombreux emplois", constate le SLFP.

"Ceci est un très mauvais signal pour la relance du dialogue social et qui de plus donne tort aux différentes déclarations de ce gouvernement qui insistaient sur le fait que les économies ne seraient pas réalisées sur le dos du personnel", ajoute-t-il en assurant qu'il restera attentif à l'évolution de ce dossier et qu'il "ripostera de manière forte si besoin est."

En savoir plus sur:

Nos partenaires