Nouvel accord du gouvernement sur le statut des pompiers

14/03/14 à 16:37 - Mise à jour à 16:37

Source: Le Vif

La ministre de l'Intérieur Joëlle Milquet a annoncé en début d'après-midi un accord au sein du gouvernement concernant le statut des pompiers. Autre avancée : un accord sur le refinancement des zones de secours. Cependant, du côté des syndicats on conteste déjà certaines des mesures.

Nouvel accord du gouvernement sur le statut des pompiers

© Belga Image

La ministre de l'Intérieur s'est montrée satisfaite de l'accord entériné par le gouvernement en Conseil des ministres. Celui-ci prévoit un financement triplé pour les 34 zones de secours avec notamment une aide au recrutement de 19,563 millions d'euros garantie pour 2014 et qui sera doublée en 2015. Une enveloppe de 19,205 millions d'euros a également été dégagée afin de procéder à une harmonisation des barèmes et des crédits ont été trouvés pour de nouveaux mandats chez les commandants de zone et pour des aménagements de fin de carrière.

Une harmonisation du traitement des pompiers

Mais le point le plus intéressant de cet accord concerne le statut uniformisé des pompiers et les avancées faites pour les pompiers professionnels et volontaires.
Parmi d'autres mesures, le fonctionnement des grades a changé. Dorénavant, le premier grade d'officier ne sera accessible que pour les sergents ou adjudants. Quant aux grades supérieurs, ils devront aller obligatoirement vers les détenteurs d'un diplôme donnant accès aux emplois de niveau A dans les services publics fédéraux.

L'accord prévoit également l'organisation d'une formation continue de 24h par an pour les pompiers alors qu'une telle formation, selon la ministre, n'existait pas. L'aménagement des fins de carrière des pompiers professionnels a également été discuté et désormais, le congé préalable à la pension deviendra un droit pour les pompiers âgés de minimum 58 ans et qui remplissent certaines conditions de carrière.

On prévoit aussi un jour de congé en plus par an à partir de l'âge de 50 ans ainsi que la possibilité d'une réaffectation volontaire pour les pompiers en fin de carrière. L'harmonisation des barèmes prétend de son côté mettre un terme aux disparités de paiement entre les pompiers.

De grosses réserves du côté des syndicats

Eric Labourdette, délégué syndical permanent SLFP, se dit satisfait des avancées, mais émet également de grosses réserves : "On peut se réjouir que le Conseil des ministres ait approuvé le financement des 34 zones de secours puisque c'était une des conditions pour qu'on rentre en zone le 1er janvier 2015. Par contre, au niveau des petites annonces il y a énormément à redire. Pour l'harmonisation du statut administratif des pompiers, le texte ne respecte pas l'avis du Conseil d'État ni les remarques des syndicats par exemple. Et si le gouvernement essaie de faire voter ce texte, nous introduirons un recours en annulation au Conseil d'État. Et lorsque ce même gouvernement dit que dorénavant, tous les pompiers de Belgique auront le même barème et seront traités à égalité, c'est faux, c'est archifaux. En effet, les pompiers bruxellois, qui représentent 20% à 25% des effectifs en Belgique, ont un barème plus avantageux pour eux."

Ce ne sont pas les seuls points de l'accord que le colonel Labourdette conteste. " Lorsque la ministre prétend que la formation au feu n'existait pas, ce n'est pas non plus la vérité. Ces formations existent bel et bien dans la majorité des corps et rien que sur Bruxelles les hommes reçoivent 48h de formation par an. Ils viennent là de la réduire à 24h. Enfin, nous nous réjouissons des crédits octroyés à l'aménagement de fin de carrière même si le congé préalable est totalement illusoire. En effet, ce dernier prévoit que l'agent qui le prend doit accepter une réaffectation possible par après. Ce qui, dans la situation économique actuelle, va faire en sorte que personne ne l'acceptera."

Un accord qui devrait passer donc subir une troisième lecture par le gouvernement si ce dernier ne veut pas s'attirer les foudres des syndicats des hommes du feu.

En savoir plus sur:

Nos partenaires