Nouveau code de la route : la limite à 120km/h maintenue

29/07/11 à 12:49 - Mise à jour à 12:49

Source: Le Vif

Le secrétaire d'Etat à la Mobilité, Etienne Schouppe (CD&V), veut maintenir la limitation de vitesse à 120 km/h sur les autoroutes. Il l'a dit vendredi matin sur La Première. Pour lui, il y a un "lien direct entre la vitesse et la gravité des accidents".

Nouveau code de la route : la limite à 120km/h maintenue

© Thinkstock

Il voit dans le fait qu'on contrôle moins la vitesse en Wallonie la cause d'un nombre plus élevé d'accidents graves dans cette partie du pays.

Le ministre à la Mobilité est contre toute augmentation de la vitesse maximale autorisée sur autoroute. Il est aussi opposé à un système comme celui appliqué en France où le code prévoit une vitesse autorisée réduite en cas de pluie ou d'humidité. "Ce sont des notions peu claires, très discutées. Moi je préfère, et je plaide en ce sens auprès des Régions, pour l'utilisation de panneaux dynamiques sur lesquels les gestionnaires des routes peuvent adapter la vitesse autorisée en fonction des circonstances", a dit M. Schouppe.

Le secrétaire d'Etat a souligné qu'on constate dans les chiffres qu'il y a plus de morts sur les routes en Wallonie que dans le Nord du pays. Une différence qui s'explique selon lui par la moindre sévérité des policiers wallons. "Les conducteurs du Sud du pays ne sont pas moins bons conducteurs. On ne peut pas nier qu'il y a une plus grande sévérité en Flandre sur le respect de la vitesse, du port de la ceinture, de la drogue ou de alcool au volant, etc". Et d'insister sur le fait qu'il y a plus de 1.000 radars automatiques en Flandre pour à peine quelques dizaines en Wallonie.

Etienne Schouppe s'est aussi dit opposé à une régionalisation du code de la route. "Parce qu'on risque d'avoir des réglementations très différentes dans le Nord et le Sud. Vous imaginez la cacophonie quand on prendra la route entre Bruxelles et Liège. La réglementation de base devrait rester fédérale. L'application appartient aux Régions et aux communes, gestionnaires des routes, qui peuvent alors intervenir en fonction des circonstances".

Le Vif.be, avec Belga

Nos partenaires