"Nous ne pouvons en aucun cas interférer dans les affaires d'un pays souverain", déclare Marghem à propos de la crise en Catalgone

03/11/17 à 08:41 - Mise à jour à 08:44

Source: Belga

(Belga) La Belgique ne peut "en aucun cas interférer dans les affaires d'un pays souverain fonctionnant sur des bases démocratiques", a estimé vendredi la ministre de l'Energie Marie Christine Marghem (MR), s'exprimant à propos du mandat d'arrêt européen que l'Espagne émettra contre Carles Puigdemont.

La justice espagnole a décidé jeudi de placer huit ministres catalans en détention préventive. Elle a par ailleurs annoncé qu'un mandat d'arrêt européen serait émis contre M. Puigdemont, le président catalan destitué par Madrid, et quatre autres de ses ministres qui séjournent encore en Belgique. "Nous devons faire en sorte que les choses se passent le mieux possible devant nos juridictions", a commenté Mme Marghem, sur les ondes de La Première. "Elles vont devoir examiner le cas, mais il y a des conventions internationales avec l'Espagne qui doivent être exécutées", a-t-elle ajouté. La ministre fédérale a ensuite estimé qu'une éventuelle demande d'asile politique de M. Puigdemont en Belgique n'aurait manifestement pas d'effet. "La justice de son pays, que je sache, fonctionne sur des bases démocratiques qui doivent être respectées", a-t-elle insisté. "En Belgique, nous n'aurions peut-être pas prévu un arsenal judiciaire de cet ordre pour des questions liées à des revendications culturelles et linguistiques", a toutefois reconnu la ministre, commentant les mesures déployées par Madrid. Mme Marghem a par ailleurs rappelé que le "dialogue politique" constituait à ses yeux la meilleure option pour sortir de la crise. (Belga)

Nos partenaires