Non-nommination à Crainhem: "un déni de démocratie" pour Maingain

14/06/11 à 18:52 - Mise à jour à 18:52

Source: Le Vif

Le ministre flamand des Affaires intérieures Geert Bourgeois (N-VA) a fait part lundi de son refus de nommer Véronique Caprasse (MR-FDF) au poste de bourgmestre de la commune à facilités de Crainhem. Il s'agit d'"un déni de démocratie et le choix de l'illégalité" pour Olivier Maingain.

Non-nommination à Crainhem: "un déni de démocratie" pour Maingain

© Belga

Le ministre flamand des Affaires intérieures Geert Bourgeois (N-VA) a fait part lundi de son refus de nommer Véronique Caprasse (MR-FDF) au poste de bourgmestre de la commune à facilités de Crainhem. Le ministre flamand a précisé à l'agence Belga que la candidate-bourgmestre lui avait signifié clairement qu'elle qu'elle ne voulait pas faire respecter la législation linguistique.

Depuis les élections locales de 2006, les communes à facilités de Crainhem, Linkebeek et Wezembeek-Oppem situées en périphérie bruxelloise, mais en Région flamande, n'ont pas de bourgmestre en titre.

Les coalitions francophones qui dirigent ces communes ont proposé à plusieurs reprises les mêmes candidats. Le ministre flamand des Affaires Intérieures a chaque fois refusé de les nommer, estimant que ceux-ci ne respectaient pas la législation linguistique.

A Crainhem, la majorité francophone a proposé en février dernier la candidature de Véronique Caprasse, en remplacement d'Arnold d'Oreye, candidat-bourgmestre non nommé qui a renoncé à son mandat pour des raisons personnelles et familiales.

"Mais elle n'est pas prête à appliquer la législation linguistique. Elle dit qu'elle n'interviendra pas si un conseiller communal ou un échevin parle en français lors d'une délibération du conseil communal. Elle affirme aussi avoir un problème avec les circulaires Peeters et Martens (ndlr qui imposent aux habitants de demander une traduction en français de chaque document administratif de la commune)", a commenté lundi Geert Bourgeois.

Un déni de démocratie et le choix de l'illégalité pour Maingain

Par le refus de nommer Véronique Caprasse, le gouvernement flamand a fait choix de l'illégalité car ses propres circulaires sur lesquelles cette décision s'appuie et qui visent à mettre à néant le régime des facilités, ont été déclarées sans effet juridique par un récent arrêt de la Cour d'appel de Mons, a affirmé lundi le président des FDF, Olivier Maingain.

Le président des Fédéralistes démocrates francophones a dit constater qu'"en refusant de nommer Madame Véronique Caprasse comme bourgmestre de Crainhem, le ministre des Affaires intérieures du gouvernement flamand, le N-VA Geert Bourgeois, persiste dans le déni de démocratie". Le ministre flamand des Affaires intérieures Geert Bourgeois (N-VA) a fait part lundi de son refus de nommer Véronique Caprasse (MR-FDF) au poste de bourgmestre de la commune à facilités de Crainhem.

Il a précisé que la candidate-bourgmestre lui avait signifié clairement qu'elle qu'elle ne voulait pas faire respecter la législation linguistique dans sa commune.

"Il est de plus en plus évident que le gouvernement flamand s'emploie systématiquement à écarter tout candidat francophone pour diriger des communes où les électeurs ont plébiscité les listes de rassemblement francophone", a commenté de son côté Olivier Maingain.

Selon lui, "comme Arnold d'Oreye de Lantremange, Véronique Caprasse est une légaliste, soucieuse de faire respecter les droits fondamentaux de tous ses citoyens, sans distinction. Elle n'entend pas brader ces droits garantis par le régime des facilités".

Olivier Maingain a également précisé que sa formation politique mettra tout en oeuvre pour alerter une nouvelle fois les instances européennes et internationales sur la "grave dérive du gouvernement flamand qui menace la démocratie en périphérie bruxelloise".

A cette fin, les FDF interpelleront l'Union européenne, le Conseil de l'Europe et le Conseil des Droits de l'Homme de l'ONU. Ils inviteront aussi la population à manifester son mécontentement, "pour que la démocratie soit sauvegardée dans les communes de la périphérie bruxelloise", a conclu Olivier Maingain.

LeVif.be, avec Belga

Nos partenaires