Non-marchand: le front commun syndical presse le gouvernement wallon de le rassurer

15/09/17 à 09:46 - Mise à jour à 09:47

Source: Belga

(Belga) Les syndicats socialiste, chrétien et libéral des secteurs non-marchands privé et public ont appelé vendredi en front commun le gouvernement wallon à presser le pas pour mettre en ?uvre l'accord social convenu sous la coalition précédente (PS-cdH) et que l'actuelle (MR-cdH) s'est engagée à concrétiser.

Le gouvernement Magnette-Prévot avait décidé d'attribuer des moyens budgétaires pour la concrétisation d'un accord social pluriannuel d'ici 2020 pour le non-marchand (service d'éducation, santé, action sociale, etc.), via trois tranches cumulées de 10 millions d'euros à partir de 2018, pour atteindre 30 millions en 2020. Le gouvernement Borsus-Greoli avait confirmé ces engagements pris. Le front commun syndical dit avoir réclamé dès la mi-août un rendez-vous avec le nouveau ministre-président, Willy Borsus, pour fixer un calendrier, convenir d'une méthodologie de travail et connaître les pilotes désignés par le gouvernement pour mener à bien cette négociation. "Malgré un rappel fin août, le front commun syndical n'a à ce jour reçu aucun retour en réponse à cette demande d'une rencontre", déplore-t-il. "50.000 travailleurs des secteurs du non-marchand privé et public sont dans l'attente de mesures sociales qui améliorent leurs conditions de travail. Ils ne sauraient se satisfaire du silence actuel du nouveau gouvernement. Ils demandent une reprise rapide des travaux", affirment la FGTB, la CSC et la CGSLB. Le gouvernement wallon se réunit dès jeudi prochain en conclave pour élaborer le budget 2018. (Belga)

Nos partenaires