Non-lieu pour le gendarme ayant causé la mort de Rémi Fraisse

09/01/18 à 16:18 - Mise à jour à 16:20

Source: Belga

(Belga) Les juges en charge du dossier de la mort de Rémi Fraisse ont, conformément aux réquisitions du parquet, délivré une ordonnance de non-lieu, rapporte mardi le site français d'information Mediapart. Le militant écologiste de 21 ans avait été tué en octobre 2014 par une grenade lancée par un gendarme, lors d'une manifestation contre la construction du barrage de Sivens (Tarn).

En juin 2017, le procureur avait requis un non-lieu pour le gendarme à l'origine du décès du jeune homme, estimant qu'il n'y avait eu ni "violation manifestement délibérée d'une obligation de prudence ou de sécurité", ni "faute caractérisée exposant autrui à un risque d'une particulière gravité". Lundi, les juges ont abondé en ce sens, considérant qu'il n'y avait pas de charges suffisantes pour que des violences volontaires ou un homicide involontaire puissent être établis. La famille de Rémi Fraisse peut encore faire appel de ce jugement, précise Mediapart. Dans la foulée de la mort du jeune homme, les travaux de construction du barrage controversé ont été immédiatement arrêtés. Le projet initial sera finalement abandonné fin 2015. Le décès du militant entraînera également l'interdiction pour les forces de l'ordre d'encore recourir aux grenades "offensives". (Belga)

Nos partenaires