Nombreuses routes fermées en Wallonie à la suite d'inondations

07/01/11 à 08:44 - Mise à jour à 08:44

Source: Le Vif

Le dégel et les crues des principaux cours d'eau du sud du pays ont provoqué, depuis jeudi soir, des inondations en de nombreux endroits de Wallonie, où l'eau a envahi certains axes routiers.

Nombreuses routes fermées en Wallonie à la suite d'inondations

© Belga

Vendredi matin, sur la E25 à Loncin, la chaussée a été fermée. Des inondations empêchaient aussi la circulation sur la Nationale 643 en direction de Mons où la sortie Huy-Heron a été fermée. L'eau a encore inondé la N633 à Liège/Trois-Ponts. De nombreuses autres routes inondées ont encore été fermées essentiellement en provinces de Liège, de Namur et de Luxembourg.

La province de Namur fortement touchée

La route reliant Rochefort à Jemelle est fermée vendredi matin en raison des inondations qui sévissent depuis jeudi. Pour la même raison, la liaison routière entre Rochefort et Marche est également interrompue. "Jeudi en fin de journée, la crue s'est amorcée sur des petits ruisseaux comme la Wimbe, le Biran ou sur le Ry de Vachaux, explique le bourgmestre de Rochefort François Bellot. Ce sont donc ensuite logiquement la Wamme, la Lhomme et la Lesse qui ont monté". La nationale reliant Rochefort à Jemelle est fermée : la Lhomme a débordé et inonde la route.

Des eaux ruissellent depuis le plateau du Gerny, ce qui a pour conséquence de complètement couper les liaisons entre Rochefort et Marche. Vendredi en début de matinée, des sacs de sable ont été déposés à Belvaux où le niveau de la Lesse monte.

A Han, un camping, sur lequel ne se trouve cependant aucune caravane en cette saison, pourrait être inondé par la Lesse. La route reliant Han à Eprave est fermée, tout comme celle reliant Eprave à Lessive. "Une dizaine d'habitations ont été inondées. Quinze pompiers sont sur le terrain, tout comme 10 ouvriers communaux, poursuit le bourgmestre. Nous avions préparé 150 sacs de sable jeudi. Au final, 350 avaient été distribués vendredi matin. Alors que les pompiers se chargent de vider les caves, les ouvriers communaux s'occupent de placer la signalisation indiquant les déviations en place", précise le bourgmestre vendredi matin.

Couvin a déclenché son plan d'urgence

La commune de Couvin a déclenché son plan d'urgence à 7 heures vendredi. Au niveau communal, tout le personnel est à pied d'oeuvre. Une école sera prochainement réquisitionnée.

Dans la région, de nombreuses routes sont fermées à la circulation : la N5 est coupée à hauteur du passage à niveau de Frasnes, la traversée de Petigny est impossible, tout comme celle de Olloy. Le centre de Couvin est d'ailleurs entièrement sous eau. Les pompiers de Couvin ont reçu plusieurs centaines de demandes d'interventions depuis jeudi soir. La traversée de la ville est impossible vendredi à la suite du débordement de l'Eau Noire. Une rue parallèle, la rue de la Falaise, est également impraticable. Des glissements de terrain se sont également produits en plusieurs endroits dans la région.

"Nous avons été inondés les 13 et 14 novembre derniers, mais nous n'avons jamais été confrontés à de telles inondations", confie Raymond Douniaux, bourgmestre de Couvin. "Nous avons donc décidé de déclencher le plan communal d'urgence. Depuis jeudi soir, tout notre personnel est à pied d'oeuvre : 10 hommes du service travaux ont été réquisitionnés, en plus de la police, des pompiers et de la cellule de planification d'urgence. Nous ne savons pas pour le moment combien de ménages sont touchés par ces inondations. Nous n'avons pas encore eu de demandes de relogement mais nous allons réquisitionner une école située sur les hauteurs de Couvin". Outre Couvin, les villages de Petigny et Mariembourg sont touchés.

Depuis vendredi à 6 heures, les pompiers de Beauraing évacuent des résidents de plusieurs chalets situés en bord de Lesse à Wanlin. Douze personnes et plusieurs animaux ont déjà été secourus.

"Ces personnes ont sans doute été surprises par la montée subite des eaux qui a eu lieu pendant la nuit", explique vendredi matin Marc Léonard, commandant des pompiers de Beauraing.

Les pompiers de Beauraing sont en action depuis jeudi vers 15 heures. "Vingt-sept hommes étaient sur le terrain toute la nuit. Le Biran est sorti de son lit et deux rues ont essentiellement été touchées, l'allée du Nondeux et la rue de la Couture. Au total, une quarantaine d'habitations ont été touchées par les eaux". La décrue du Biran a commencé vers 3 heures du matin vendredi.

Situation critique en province du Luxembourg

Les pompiers du sud de la province de Luxembourg n'ont pas chômé depuis jeudi après-midi. Ils sont intervenus pour plus d'une centaine de mission à la suite des inondations.

A Arlon, toutes les équipes de pompiers étaient sur le terrain une bonne partie de la nuit de jeudi à vendredi, que ce soit sur Arlon, Habay ou Wolkrange, pour des problèmes d'infiltration, d'inondation dans des habitations ou pour des rues inondées. Les secouristes y dénombrent une cinquantaine d'interventions au total.

Les pompiers d'Aubange totalisent, de leur côté, une quarantaine d'interventions sur toute la journée de jeudi. Les villages d'Aubange, Athus, Musson, Halanzy et Longeau ont été notamment touchés.

A Etalle, on dénombre également une quarantaine d'interventions des pompiers jeudi. La nuit fut, par contre, plus calme bien qu'ils s'attendent, comme leurs confrères, à une nouvelle journée difficile ce vendredi.

Et dans le Hainaut

Ce sont les quartiers des communes bordant l'Eau d'Heure qui ont nécessité, pendant ces dernières heures vendredi matin, le plus d'interventions des pompiers de Charleroi, indiquent ceux-ci : ils ont été appelés à une soixantaine de reprises, pour des caves que l'eau avait envahies.

Les communes touchées sont celles de l'entité de Ham-sur-Heure/Nalinnes, mais aussi le bas de la commune de Montigny-le-Tilleul, où un restaurant bordant l'Eau d'Heure, le "Val d'Heure ", a vu une fois de plus ses caves inondées.

On a également disposé des sacs de sable aux abords de la clinique Van Gogh de Marchienne-au-Pont, elle aussi immédiatement voisine de l'Eau d'Heure.

Dans la commune de Gerpinnes, le village d'Acoz a connu des problèmes lui aussi. Dans la même entité, une coulée de boue dégringolant d'un lotissement en cours a également inondé les environs, rue de Châtelet.

Une trentaine de caves inondées en Communauté germanophone

Les pompiers de la Communauté germanophone ont dû intervenir à une trentaine de reprises, essentiellement pour des caves inondées.

C'est principalement les communes du nord de la Communauté germanophone qui ont été touchées puisque les pompiers d'Eupen ont vidangé une douzaine de caves, ceux de La Calamine trois et ceux de Lontzen une quinzaine. La protection civile a d'ailleurs été appelée en renfort durant la nuit à Lontzen où elle a livré 450 sacs de sables, a indiqué le commandant des pompiers de Lontzen.

Les services d'incendie d'Amblève, Burg-Reuland et Saint-Vith n'ont quant à eux recensé que deux appels concernant des caves inondées.

Levif.be avec Belga

En savoir plus sur:

Nos partenaires