Nicaragua: les évêques demandent l'arrêt de la répression

12/05/18 à 05:14 - Mise à jour à 05:20

Source: Belga

(Belga) La Conférence épiscopale du Nicaragua (CEN) a exhorté vendredi le président Daniel Ortega à mettre fin à la répression des manifestations et à autoriser la Commission interaméricaine des droits de l'Homme (CIDH) à enquêter sur les circonstances de la mort de 49 personnes, depuis le début de la vague de contestation sociale.

Ces deux conditions sont "préalables" à tout dialogue, a déclaré le président du CEN, le cardinal Leopoldo Brenes, lors d'une conférence de presse. Au moins 49 personnes sont décédées et 700 blessés lors des manifestations contre le gouvernement qui ont débuté mi-avril alors que d'autres sont portées disparues. Le président Daniel Ortega, au pouvoir de 1979 à 1990 puis depuis 2007, a appelé à un grand dialogue national et souhaité que l'Eglise catholique joue le rôle d'intermédiaire. Les étudiants, qui sont à l'origine de cette vague de contestation, les chefs d'entreprise et les représentants de la société civile ont annoncé vendredi être à prêts à dialoguer, en dépit de la répression brutale des dernières heures. Vendredi à l'aube, des affrontements entre la police et des étudiants, sur deux campus de la ville, ont fait deux morts et au moins dix blessés. Le gouvernement doit "cesser immédiatement et absolument toute répression de la société civile protestant pacifiquement et assurer l'intégrité physique des étudiants et des personnes participant au dialogue national", ont exhorté les évêques. Ils exigent qu'Ortega "donne des signes crédibles de sa volonté de dialogue dans le respect de la dignité et de la liberté du peuple". Les évêques demandent au président de leur "envoyer sa réponse (...) avant lundi 12H00, afin d'entamer immédiatement le dialogue national pour le bien des Nicaraguayens". (Belga)

Nos partenaires