Nicaragua: gouvernement et opposition d'accord pour renouer le dialogue

29/05/18 à 03:50 - Mise à jour à 03:57

Source: Belga

(Belga) Le gouvernement nicaraguayen de Daniel Ortega et l'opposition sont tombés d'accord lundi pour reprendre les discussions sur une démocratisation du régime, en échange d'une levée partielle des barrages routiers, ont annoncé les deux parties dans un communiqué.

"La délégation gouvernementale et l'Alliance civique pour la justice et la démocratie ont exprimé leur volonté de renouer le dialogue national" destiné à mettre fin à la crise politique qui a déjà fait 85 morts depuis mi-avril. Elles sont convenues de "revenir à la table de négociation plénière afin de reprendre la discussion sur le thème de la démocratisation", ont-elles ajouté. Les opposants se sont engagés à "alléger" les barrages routiers, une des principales demandes du gouvernement. La déclaration commune a été signée par trois représentants de chacune des deux parties, réunis en commission mixte à la demande de la Conférence épiscopale du Nicaragua, qui a tenté de relancer le dialogue suspendu mercredi dernier faute d'accord sur la démocratisation du régime. Les signataires de la déclaration ont précisé que la date d'une reprise du dialogue serait arrêtée par les évêques. Dans leur communiqué commun, gouvernement et opposition ont appelé "à la fin de tout type de violence et à l'application des recommandations formulées par la Commission interaméricaine des droits de l'homme (CIDH)", qui a appelé à la fin de la répression et au respect du droit de manifester. Dans un rapport publié le 22 mai, la CIDH avait conclu à un usage excessif de la force publique pour réprimer les manifestations antigouvernementales. Dans leur communiqué commun lundi, gouvernement et opposition ont en outre appelé à ne pas s'attaquer aux médias, condamnant tout à la fois l'incendie lundi du siège de la radio pro-gouvernementale Radio Ya et la répression contre des étudiants de l'Ecole d'ingénieur de Managua. Des affrontements ont opposé lundi des étudiants de cette université aux troupes anti-émeutes dans le centre de la capitale. Au moins 85 personnes sont mortes et plus de 860 ont été blessées au cours des manifestations antigouvernementales qui agitent le pays depuis le 18 avril. L'opposition réclame notamment d'avancer l'élection présidentielle prévue en 2021. Mais le gouvernement rejette cette idée, qu'il qualifie d'"agenda pour un coup d'Etat". Daniel Ortega, 72 ans, héros de la révolution sandiniste qui a renversé la dictature en 1979, a ensuite gouverné le pays jusqu'en 1990 avant de revenir au pouvoir depuis 2007. (Belga)

Nos partenaires