Négociations sur la Syrie: le négociateur en chef de l'opposition syrienne "pas optimiste"

03/02/16 à 13:31 - Mise à jour à 13:31

Source: Belga

(Belga) Le négociateur en chef de l'opposition syrienne, le chef rebelle salafiste Mohammed Allouche, a déclaré mercredi qu'il n'était "pas optimiste" quant à l'issue des pourparlers de Genève destinés à mettre un terme à la guerre qui ravage le pays depuis près de cinq ans.

Négociations sur la Syrie: le négociateur en chef de l'opposition syrienne "pas optimiste"

Négociations sur la Syrie: le négociateur en chef de l'opposition syrienne "pas optimiste" © BELGA

"Ceux qui pensent régler la crise syrienne en nous forçant à entrer dans un gouvernement d'union nationale avec des bandits qui tuent les enfants, délirent", a déclaré M. Allouche à la presse, peu avant d'entamer une réunion de l'opposition. Les discussions de Genève sont censées enclencher un processus politique qui conduirait à la formation d'un organe de transition dans les six mois. Mais les interprétations divergent sur cet organe, l'opposition et ses soutiens réclamant une autorité de transition sans le président syrien Bachar al-Assad, Damas et ses alliés russe et iranien envisageant un simple gouvernement élargi à l'opposition. Interrogé sur le fait de savoir s'il était optimiste, M. Allouche a répondu "non", brandissant la photo d'un enfant gravement blessé, a-t-il affirmé, par un bombardement russe. "Le problème est avec ce régime criminel qui décime les enfants et avec la Russie qui soutient toujours les criminels", a-t-il lancé, alors que les forces pro-régime progressent sur le terrain, appuyées par d'intenses bombardements russes. L'opposition, dont le coordinateur Riad Hijab est attendu mercredi à Genève, était toujours engagée dans d'intenses discussions pour décider si elle entrait ou non dans la négociation. Une décision sera prise "dans deux jours", a affirmé M. Allouche, sans plus de précisions. Membre du bureau politique du groupe armé rebelle Jaïch al-Islam (Armée de l'Islam), un mouvement d'inspiration salafiste soutenu par l'Arabie saoudite, Mohammed Allouche est dans le collimateur du régime de Damas et de son allié russe, qui le considèrent comme un "terroriste" et lui dénient tout statut de négociateur. (Belga)

Nos partenaires