Navetteurs.be: "la SNCB envisage des économies sur le dos des usagers"

30/06/14 à 13:53 - Mise à jour à 13:53

Source: Le Vif

L'association de voyageurs Navetteurs.be "ne peut se satisfaire" des adaptations proposées par la SNCB au sujet du nouveau plan de transport qui doit être mis en oeuvre en décembre 2014, indique-t-elle lundi dans un communiqué.

Navetteurs.be: "la SNCB envisage des économies sur le dos des usagers"

D'après son analyse, la compagnie ferroviaire envisage des économies sur le dos des usagers, en particulier ceux des zones rurales. "Bien que ce nouveau plan n'ait qu'une durée de validité de trois ans, celui-ci affiche clairement un manque d'ambition et ne répond que très peu aux besoins croissants en termes de mobilité et aux encouragements incessants à l'utilisation des transports en commun. Il s'agit clairement d'un nouveau plan d'économies qui se fait au détriment des lignes 'locales' et des habitants des zones rurales", écrit l'association. Celle-ci s'était déjà exprimée contre la première mouture du plan en mai dernier.

De manière générale, Navetteurs.be regrette l'augmentation des temps de parcours, même si elle est justifiée par la volonté d'améliorer la ponctualité.

D'un point de vue plus local, l'organisation s'insurge contre la diminution des amplitudes horaires et du nombre de trains sur les lignes peu fréquentées, "un critère décidé et mesuré par la SNCB elle-même, ce qui peut laisser place au doute et ne peut en aucun cas servir de justificatif pour une société censée assurer une mission de service public."

A son estime, la SNCB s'est contentée d'opérer quelques adaptations "chirurgicales" sans vraiment répondre aux demandes des usagers et des associations qui se sont mobilisées en faveur des lignes locales telles que la L 130a Charleroi-Erquelinnes et la L 132 Charleroi-Couvin.

Navetteurs.be appelle dès lors le futur gouvernement à ne pas valider la nouvelle version du plan de transport et la SNCB à maintenir l'offre actuelle sur les lignes locales, "ce qui constitue un minimum".

En savoir plus sur:

Nos partenaires