Namur : la gare de la discorde

14/03/16 à 10:48 - Mise à jour à 11:02

Source: Le Vif/l'express

Namur entame un vaste lifting pour envoyer sa gare des bus sur la dalle de la SNCB, au-dessus des voies ferrées. Coût du projet : 50 millions d'euros, au moins. Ambition salutaire ou gigantisme dévastateur ? Enquête sur un dossier dont les dés politiques étaient pipés d'entrée de jeu.

C'est un bouclier en béton de 10 000 m², affalé depuis plus de vingt ans au-dessus des voies de la gare de Namur. Un patrimoine hérité d'une autre époque : celle où les ambitions immobilières de la SNCB justifiaient encore la construction d'une imposante dalle, bien avant de savoir comment la couvrir. D'ici trois ou quatre ans, si tout va bien, elle accueillera finalement la future gare des bus TEC, à l'image d'une camisole de force tendue par les pouvoirs publics. La phase préparatoire du chantier, qui s'inscrit dans un remaniement complet de la mobilité au nord du centre-ville, a timidement débuté il y a quelques semaines, avec la création d'une portion de voirie provisoire le long des voies ferrées. L'année 2016 marque ainsi le coup d'envoi du plus grand projet de la législature : 50 millions d'euros environ, essentiellement à charge de la Région wallonne (43 millions), le solde étant couvert par la SNCB et par la Ville. Avec les aménagements annexes, le montant global dépassera 65 millions d'euros.
...

Vous souhaitez continuer à nous lire?

Inscrivez-vous afin de pouvoir lire 4 articles gratuits par mois.

Nos partenaires