Mrax en guerre : dernières nouvelles du front

31/01/12 à 17:09 - Mise à jour à 17:09

Source: Le Vif

La guerre fait plus que jamais rage au sein du Mrax. Côté emploi, Actiris menace de supprimer des postes subsidiés. Côté politique, l'inspection de la Culture et l'Education permanente rendront pour le 15 février prochain une évaluation des activités du Mouvement, sur base de laquelle la ministre Laanan déclare qu'elle prendra une décision.

Mrax en guerre : dernières nouvelles du front

Actiris menace de supprimer des postes subsidiés dans un Mrax en bataille rangée

Actiris, l'Office bruxellois de l'emploi, a envoyé au Mouvement contre le racisme, l'antisémitisme et la xénophobie un dernier avertissement, menaçant de supprimer des postes subventionnés ACS suite à des manquements relevés par ses services d'inspection de projets, a-t-on appris mardi.

Selon Actiris, le Mrax a commis plusieurs infractions relatives au statut ACS, concernant des demandeurs d'emploi qui, sous certaines conditions, sont mis au travail dans le secteur non marchand grâce à une prime annuelle. En effet, les inspecteurs d'Actiris ont constaté "l'abandon du traitement des plaintes individuelles", concluant que "ce renoncement a pour conséquence une très forte diminution du volume de travail des ACS".

"Nous avons donné au Mrax jusqu'au 15 février pour nous envoyer un plan précis afin de justifier le maintien des postes ACS subventionnés par Actiris. Les règles sont les mêmes pour tous, le Mrax ne subit aucun traitement particulier", a réagi la porte-parole d'Actiris. Celle-ci a précisé qu'en cas de réponse insatisfaisante, l'office de l'emploi pourrait formuler des propositions à la ministre de l'Emploi pour appliquer des sanctions appropriées.

Le Mrax est en proie à de graves dissensions internes, qui ont trouvé leur point d'orgue vendredi dernier, avec la révocation du président démissionnaire Placide Kalisa par le conseil d'administration. Placide Kalisa accuse le directeur du Mrax, Radouane Bouhlal, d'avoir utilisé sa signature électronique pour mettre fin au contrat d'un collaborateur, et d'avoir utilisé à des fins privées au Maroc la carte de banque du Mrax.

Actiris s'interroge dès lors sur la provenance de la réponse à ses premiers avertissements. La signature électronique du président du CA pourrait avoir été utilisée à son insu. "Si ce fait est avéré, il invaliderait la réponse adressée à notre administration", conclut Actiris.

Une nouvelle évaluation du Mrax sera finalisée le 15 février

L'inspection de la Culture et l'Education permanente rendront pour le 15 février prochain une évaluation des activités du Mrax, dont le président Placide Kalisa, en conflit ouvert avec le directeur Radouane Bouhlal, a été récemment révoqué par le conseil d'administration, a indiqué mardi la ministre Fadila Laanan.

Dans l'attente de ces conclusions, la ministre socialiste a suspendu provisoirement l'engagement de l'ensemble des subventions dues au Mrax dans le champ de l'éducation permanente, a-t-elle ajouté, interrogée en commission du parlement de la Fédération Wallonie-Bruxelles par le député Richard Miller (MR).

En cas d'avis négatif, l'association risque une diminution de catégorie, et le Conseil supérieur de l'éducation permanente sera saisi du dossier. "Il m'appartiendra ensuite de prendre une décision sur base des avis qui me seront communiqués, et je prendrai alors mes responsabilités politiques", selon la ministre.

Fadila Laanan a dit rejoindre "largement" Richard Miller dans sa critique du fonctionnement du Mrax et de la personnalité de Radouane Bouhlal. Ce dernier "peut choquer, voire énerver, notamment par des combats avec lesquels je ne suis pas toujours d'accord, mais on ne peut nier la force de son engagement", avait relevé le député réformateur, qui s'était interrogé sur la nécessité que le Mrax soit dirigé par des personnes nécessairement issues de "populations à risque". Il avait en outre critiqué l'autodénonciation régnant au sein de l'association et une "chasse à l'homme en interne qui la décrédibilise".

LeVif.be, avec Belga

En savoir plus sur:

Nos partenaires