MR : Willy Borsus lance un appel au calme

17/01/11 à 17:05 - Mise à jour à 17:05

Source: Le Vif

Le vice-président du MR, Willy Borsus, a lancé lundi un appel au calme dans la campagne présidentielle interne à son parti.

MR : Willy Borsus lance un appel au calme

© Belga

Après la publication d'un entretien accordé par Daniel Bacquelaine au Vif, il a tenu à rappeler qu'il est naturel dans de telle procédure que des démarches en vue de convaincre les militants soient accomplies par les candidats.

"Je lance un appel au calme. Une candidature à une fonction de ce genre doit être tournée vers l'avenir et non le passé. Qui plus est, qu'il y ait des démarches, des actions d'information et de conviction, de présentation de projets de la part des deux candidats, de militants ou de mandataires en faveur de l'un ou l'autre candidat, il n'y a rien de plus naturel dans une campagne. Ces démarches se font dans le plus grand respect du choix des militants qui sont seuls à pouvoir exprimer leur choix. J'observe que les deux candidats développent les mêmes démarches. Je ne connais d'ailleurs pas un seul candidat à une élection qui ait fait une campagne enfermé chez lui, sans communiquer", a-t-il expliqué.

Les militants du MR ont commencé à recevoir les bulletins qui leur permettront de voter. Ils doivent faire connaître leur choix avant le 27 janvier. D'ici là, M. Borsus appelle chacun à rester serein.

"Même dans les dernières heures d'une campagne, où parfois les esprits ont tendance à s'échauffer, nos militants attendent la sérénité et un débat constructif. Ces qualités de sang-froid ne sont-elles pas, parmi d'autres, des qualités indispensables pour un bon président?", a-t-il fait remarquer.

Sur le site internet du Vif, M. Bacquelaine, l'un des candidats, a dénoncé des consignes collectives de vote que donneraient des membres du groupe Renaissance (dont fait partie l'autre candidat, Charles Michel, mais aussi Willy Borsus), notamment dans le Hainaut.

"On en est pas aux insultes mais je sens une remontée de la dynamique de clan de la part du groupe Renaissance. J'observe que des listes de parlementaires et de mandataires circulent pour soutenir collectivement un candidat. Ça ne va pas: on retombe dans les travers de la logique de clans", a déclaré M. Bacquelaine.

Le Vif.be, avec Belga

Nos partenaires