MR : les angoisses silencieuses des élus locaux

15/01/16 à 11:25 - Mise à jour à 11:31

Source: Le Vif/l'express

Nous sommes en un et demi après Charles Michel. Tout le MR est occupé à gouverner avec la N-VA. Tout ? Non, car certains irréductibles chefs de village résistent encore à Bart De Wever. Car ce gouvernement fédéral ne sert pas toujours les affaires des mandataires communaux et provinciaux. Y compris ceux du parti du Premier ministre.

Un parti, c'est un pays. Avec ses monts et ses vaux, ses villes et ses champs, sa capitale et sa province. Avec ses gueux et ses barons. Avec son souverain. Après la Réforme, la religion du prince devenait celle de ses sujets, en vertu du principe "cujus regio, ejus religio". Dans les communes de Bruxelles et de Wallonie, le petit peuple réformateur, lui, s'est fait une religion du choix de son prince. Avec une ardeur revancharde, il a dévotement soutenu la décision de Charles Michel d'aller seul, sans le CDH, sans les socialistes surtout, mais avec la N-VA, au gouvernement fédéral. Un conseiller communal seulement - à Sambreville - a alors rendu sa carte de parti. Sur les quelque 2 200 mandataires locaux MR issus du scrutin de 2012, la défection relevait bien moins du schisme que de l'apostasie. Une année plus tard, entre l'éclatante griserie du pari fédéral et la tranquille grisaille des pactes municipaux, les élus locaux réformateurs sont partagés. Comme quand monte l'angoisse de l'adultère après l'orgasme. Ils ont joui de mettre le PS dehors. Maintenant, ils tremblent d'entendre ses pas monter l'escalier. Ils espèrent pouvoir planquer la N-VA au placard. Au moins quelques mois, autour d'octobre 2018. Surtout là où le PS, partenaire dominant, impose son autorité maritale à la publication des bans. "Oui, il y en a beaucoup chez nous qui ont peur de se faire éjecter des majorités communales en 2018. Très clairement", pose discrètement -"même pas en off, en off de chez off" -, un parlementaire bleu.
...

Vous souhaitez continuer à nous lire?

Inscrivez-vous afin de pouvoir lire 4 articles gratuits par mois.

Nos partenaires