MR : la note porte des "atteintes graves aux droits des francophones"

05/01/11 à 09:44 - Mise à jour à 09:44

Source: Le Vif

Sur base des informations livrées par la presse, plusieurs personnalités du MR ont critiqué le contenu de la note finale de Johan Vande Lanotte, ce matin. Parmi les points sensibles se trouvent notamment les passages relatifs à la scission de l'arrondissement de BHV et de la périphérie bruxelloise.

MR : la note porte des "atteintes graves aux droits des francophones"

© BELGA

Interrogé sur Bel-RTL, Daniel Bacquelaine, chef de groupe libéral à la Chambre et candidat à la présidence du parti, a estimé que les négociateurs francophones étaient "dans le reniement ou le renoncement", ceux-ci se contentant, à ses yeux, de "réagir aux exigences flamandes".

Selon lui, le texte tel qu'évoqué à l'heure actuelle comporterait des "atteintes graves aux droits des francophones", notamment avec la scission de l'arrondissement judiciaire "qui ne permettra plus aux francophones de la périphérie" d'être jugés en français.

Sur les ondes de la Première, le bourgmestre non nommé de Linkebeek et député fédéral Damien Thiéry (FDF) a lui estimé que la note Vande Lanotte ne contenait "pas d'avancées francophones" sur le dossier de BHV.

"De prime abord, pour ce qui concerne les francophones, ce n'est pas intéressant", a-t-il commenté, qualifiant dans la foulée de "poudre aux yeux" l'idée de permettre aux francophones de la périphérie de voter à Bruxelles, ce qui ne fera que "diviser les voix des francophones" de la périphérie.

"Petit à petit, la Flandre va vers son objectif. (...) Après la scission de l'arrondissement (de BHV), ce sera la fin des facilités", a-t-il encore prédit.

Enfin, sur la radio Twizz, Olivier Maingain, président du FDF, a déploré les "avancées substantielles" pour la Flandre, avec notamment des transferts importants de compétences et la "scission unilatérale" de l'arrondissement électoral et judiciaire de BHV.

"On cherche un peu en vain les contreparties significatives en faveur des francophones, et de Bruxelles en particulier. A l'évidence, on se demande si les partis francophones ont déposé une note avec leurs priorités. En tout cas, je ne retrouve pas grandes traces de ces demandes dans la note Vande Lanotte", a-t-il conclu.

Le Vif.be, avec Belga

Nos partenaires