MR /FDF : l'apaisement n'aura duré que quelques heures

23/06/11 à 09:10 - Mise à jour à 09:10

Source: Le Vif

Au lendemain de l'apaisement officiel des tensions au sein du MR sur les rapports avec la N-VA, le président des FDF Olivier Maingain noircit encore le portrait qu'il dresse des nationalistes flamands.

MR /FDF : l'apaisement n'aura duré que quelques heures

© Belga

Olivier Maingain se défend d'avoir qualifié la N-VA de fasciste, mais appelle à la vigilance. "Combien d'anciens du Vlaams Belang à la N-VA, combien de mandataires N-VA passés par les milices fascistes du VMO (Vlaams Militante Orde, ndlr) ou du TAK (Taal Aktie Komitee, ndlr)? ", interroge-t-il.

"Quelle serait la réaction des observateurs, des médias et des partis francophones si l'un de nos présidents de partis devait serrer la main de Jean-Marie Le Pen - De Wever l'a fait - et tenir des propos négationnistes, nier la Shoah, comme l'a fait le leader de la N-VA, et comme l'a justement dénoncé, entre autres, un écrivain comme Pierre Mertens? ", demande Olivier Maingain dans Le Soir de ce jeudi.

Olivier Maingain ne pose toutefois pas d'exclusive: "s'il devait y avoir une table de négociation entre différents partis, dont la N-VA, nous serions doublement vigilants, voilà tout".

Dans La Libre, le président du MR Charles Michel condamne les idées nationalistes en soulignant au passage avoir été un des premiers responsables politiques à dire que des majorités politiques étaient mathématiquement possibles sans la N-VA.

"J'ai déclaré que le nationalisme était imbuvable par sa dimension de stigmatisation et de victimisation", a-t-il ajouté. "Le projet de la N-VA, sur bien des aspects, est imbuvable", précise-t-il sur la RTBF, mettant cela en perspective avec la position de la N-VA comme premier parti de Flandre et le fait que les autres partis flamands ne veulent pas d'un gouvernement sans elle.

Mais comme président de parti, il juge normal d'avoir "les contacts utiles pour faire progresser nos idées" et de travailler avec tout le monde à l'exception du Vlaams Belang. Il affirme que le MR a obtenu que la N-VA renonce à certaines exigences sur le parcours d'intégration et le regroupement familial.

Charles Michel se refuse à condamner ou approuver les comparaisons d'Olivier Maingain rapprochant Bart De Wever de l'ancien leader du FPö autrichien Jörg Haider, et souligne que "personne n'a constaté que la N-VA avait une attitude de type raciste".

Adoptant un ton plus ferme à l'égard de M. Maingain, il juge que "la mauvaise polémique des derniers jours a plutôt déforcé les francophones et ne peut pas se reproduire". "Dès lors que je donne tous les espaces pour permettre le débat à l'intérieur (du MR), je souhaite que la ligne soit portée de manière cohérente, claire et précise".

Et Charles Michel de condamner dans les propos d'Olivier Maingain "une appréciation, une interprétation qui ne m'apparaissait pas correcte". Parlant de propos "excessifs et injustifiés" des derniers jours, il lance un "appel à ce que tous les esprits restent posés, maîtrisés".

Levif.be avec Belga

En savoir plus sur:

Nos partenaires