MR: Daniel Bacquelaine annonce sa candidature et se pose en pacificateur

21/12/10 à 18:45 - Mise à jour à 18:45

Source: Le Vif

Le chef de groupe à la Chambre Daniel Bacquelaine a annoncé mardi sa candidature à la présidence du MR. En guise de symbole, il a choisi la "Brasserie de la Paix" à Anderlecht pour faire part de sa décision. Il veut, dit-il, pacifier le parti après la période troublée que celui-ci a connue.

MR: Daniel Bacquelaine annonce sa candidature et se pose en pacificateur

© BELGA

"Pacifier, oser et gagner ensemble". Tels sont les mots que M. Bacquelaine a choisis pour qualifier son programme. Devant la presse, il a insisté sur les valeurs de liberté -non seulement formelle mais aussi réelle-, de travail -plaidant au passage pour une plus grande dégressivité des allocations de chômage-, de solidarité, de vivre-ensemble -en particulier par la "séparation des Eglises et de l'Etat"- et un projet d'avenir des francophones.

"Les droits fondamentaux des gens ne se bradent pas, ne se négocient pas", a-t-il précisé sur ce dernier point. M. Bacquelaine, resté fidèle à Didier Reynders pendant les querelles qui ont déchiré le MR, ne se présente pas comme candidat de l'actuel président ni "contre quelqu'un". "Didier Reynders est en charge de la présidence jusqu'au 14 février. Il n'est pas là pour apporter son soutien à l'un ou l'autre candidat. Il a été un très grand président, il nous a permis d'atteindre le succès de 2007, il a assuré la renommée de la Belgique sur la scène internationale. Je suis fidèle à Didier Reynders mais cela ne veut pas dire que ma candidature est celle d'un clan ou d'un autre", a-t-il expliqué.

Le chef de groupe s'est d'ailleurs bien gardé d'indiquer ses différences avec l'autre candidat déclaré, Charles Michel. Il ne se voit pas comme le candidat conservateur ou de la droite. "Libéral", a-t-il répété. M. Bacquelaine a insisté sur la nécessité d'un positionnement clair du MR face au "cartel des gauches". "A côté de ce grand cartel, il y a de la place pour un autre mouvement", a-t-il souligné, ne reniant en rien la volonté, chère à M. Reynders, de déplacer le centre de gravité en Wallonie. "Il faut rééquilibrer le paysage politique en Wallonie. La population est parfois détournée de ses véritables aspirations. Des partis se présentent avec certains thèmes et puis, après les élections, viennent renforcer le PS", a-t-il ajouté. Après les déchirements du MR, M. Bacquelaine souhaite rendre la parole aux militants du parti, de toutes ses composantes, a-t-il insisté. "Au cours de cette période troublée, beaucoup de militants ont été meurtris. Il est temps qu'ils puissent prendre la parole", a-t-il encore dit.

Daniel Bacquelaine est docteur en médecine. Il est bourgmestre de Chaudfontaine depuis 1992 et député à la Chambre depuis 1994. En 1999, il est devenu chef de groupe du MR.

LeVif.be, avec Belga

Nos partenaires