Moteurs truqués aux USA: les dirigeants de VW étaient au courant dès juillet 2015

10/01/17 à 22:40 - Mise à jour à 22:43

Source: Belga

(Belga) Les dirigeants de Volkswagen en place au moment ou a éclaté le scandale des moteurs truqués en septembre 2015, étaient au courant depuis "fin juillet 2015" des manipulations sur les moteurs diesel aux Etats-Unis, affirment mardi des médias allemands.

Jusqu'à présent, Volkswagen avait indiqué que le patron du groupe aux 12 marques, Martin Winterkorn, démissionnaire à la suite du scandale mais qui avait nié toute responsabilité, n'avait pris connaissance des falsifications que "fin août, début septembre", soit juste avant que le scandale n'éclate, en septembre 2015. Mais deux "témoins capitaux" ont indiqué aux autorités américaines que M. Winterkorn et l'actuel patron de la marque Volkswagen, Herbert Diess, savaient "dès la fin juillet 2015" que les tests des émissions polluantes sur les moteurs diesel aux Etats-Unis étaient manipulés, rapportent le journal Süddeutsche Zeitung et les chaines de télévisions publiques régionales NDR et WDR. "Les responsables n'ont pourtant pris aucune mesure pour informer les autorités américaines de ces manipulations et faire table rase" de ces pratiques, écrit la Süddeutsche Zeitung sur son site internet. Le géant aux 12 marques avait reconnu avoir équipé 11 millions de ses voitures dans le monde, dont 600.000 aux Etats-Unis, d'un logiciel minimisant le niveau réel des émissions de gaz polluants. Selon les médias allemands, l'un des deux témoins était chef de service dans le secteur des moteurs diesel et avait informé les autorités américaines de la tricherie le 19 août 2015. Mardi, Volkswagen a affirmé être prêt à verser une pénalité supplémentaire de 4,3 milliards de dollars et à plaider coupable pour mettre un terme à l'enquête pénale sur les moteurs diesel truqués aux Etats-Unis, où il s'est déjà engagé à débloquer un vaste plan d'indemnisation de 14,7 milliards de dollars, auquel s'ajoutent 603 millions à destination des Etats américains, 1,2 milliard pour les concessionnaires et au moins un milliard supplémentaire pour les voitures de grosse cylindrée. Cette annonce intervient au lendemain de l'inculpation du premier cadre dirigeant du groupe aux Etats-Unis dans ce scandale qui a valu à VW ses premières pertes en vingt ans. (Belga)

Nos partenaires