Mort en cellule de Jonathan Jacob: l'enquête rouverte

12/12/13 à 07:00 - Mise à jour à 07:00

Source: Le Vif

L'enquête sur la mort de Jonathan Jacob, le jeune homme de 26 ans décédé dans une cellule du commissariat de Mortsel, va être recommencée. Le parquet général d'Anvers veut enquêter à nouveau sur certains éléments cruciaux, écrit jeudi le quotidien Het Laatste Nieuws. Le père de la victime, Jan, déclare toutefois "n'avoir plus aucune confiance dans le bon déroulement" de l'enquête.

Mort en cellule de Jonathan Jacob: l'enquête rouverte

© VRT

Jonathan Jacob est décédé en janvier 2010 dans une cellule du commissariat de Mortsel après une intervention d'une unité des forces spéciales et après qu'un centre psychiatrique eut refusé de l'accueillir parce qu'il présentait un comportement violent.

La chambre du conseil d'Anvers a renvoyé en février 2012 un membre de l'unité des forces spéciales, le psychiatre et le directeur du centre psychiatrique à l'époque devant le tribunal, mais ils ont fait appel. Quelques semaines plus tard, l'émission de la VRT "Panorama" a diffusé un reportage dans lequel on pouvait voir des images des caméras de surveillance montrant l'intervention des membres de l'unité des forces spéciales et le décès du jeune homme.

Le père de Jonathan Jacob reconnaît pour la première fois avoir diffusé ces images. "Je voulais que tout le monde puisse voir ce qui s'est passé. Si je risque une condamnation pour l'avoir fait, qu'il en soit ainsi."

Le parquet général souhaite aujourd'hui faire à nouveau examiner les éléments les plus importants de l'affaire et rouvrir l'enquête. Pourquoi le centre a-t-il refusé de prendre en charge Jonathan Jacob et comment la décision a-t-elle été prise? Combien d'amphétamines le jeune homme avait-il ingérées et cela a-t-il eu un effet sur son foie? ...

"On recommence du début", réagit son père. "Et cela me donne un double sentiment. D'un côté c'est positif, car on enquête, mais quatre ans après les faits tout aurait déjà dû être clair depuis longtemps. Que va-t-il se passer maintenant? Je ne sais pas, mais je ne crois plus en un bon déroulement des choses."

En savoir plus sur:

Nos partenaires